[GC2019] Rythme et couleurs avec Vectronom

par Seilin

Preview gamescom Vectronom

Des couleurs, des cubes et de la musique. Vectronom est un jeu que j’ai découvert totalement par hasard, en regardant la liste des jeux présents sur le stand de l’Indie Arena Booth (mon favori pour les indés). Edité et coproduit par Arte, j’ai été très surprise par ce mélange.

Son côté psychédélique a vivement éveillé ma curiosité, et j’ai eu l’occasion de l’essayer sur Switch en mode portable.

Editeur : Arte Plateformes : Switch, PC, mobile (automne)
Développeur : Ludopium Date de sortie : disponible depuis le 29 mai 2019

 

Le concept

Imaginez les prémices d’un jeu. De gros cubes monochromes en vue isométrique, placés en trois dimensions, sur un fond totalement uni. Sur l’un de ces cubes, un autre, plus petit, d’une couleur différente. Vous avez votre niveau et votre personnage.

Maintenant, imaginez les grands cubes se mettre à bouger au rythme de la musique. Vous allez devoir arriver de l’autre côté du niveau sans tomber dans le vide ni sur un obstacle.

Tower Crush

Les blocs se déplacent d’une case ou apparaissent et disparaissent. La ligne droite devient une ligne en pointillée ou une route avec des virages à angles droits, des trous se forment sur des plateformes, et des obstacles peuvent même apparaître. Le tout, toujours sur le rythme d’une musique très électro.

Si le concept vous semble un peu trop flou, quelques niveaux sont disponibles gratuitement sur le site Arte.

Plusieurs ajouts très sympathiques ont été imaginés. Un éditeur de niveau, la possibilité d’ajouter ses propres musiques en branchant un synthétiseur analogique, ou encore la compatibilité avec les tapis de danse ou autres accessoires.

 

La direction artistique

Les graphismes sont extrêmement simples. Des formes géométriques basiques et des couleurs unies. Très colorées, et contrastées. Un ensemble particulièrement psychédélique, qui peut ne pas plaire à tout le monde mais que j’ai beaucoup aimé. Malgré le contraste, les développeurs ont eu l’idée de mettre en place un mode daltonien avec des nuances différentes, permettant ainsi à tous de jouer.

Spy

Toutes les musiques des niveaux ont été composées spécifiquement pour le jeu, l’équipe disposant d’un sound designer. Je ne suis pas fan de ce genre de musique, mais le jeu s’y prête parfaitement, et je n’ai pas été lassée de les écouter.

 

La jouabilité

Le jeu étant très géométrique, en vue isométrique et avec des couleurs uniformes, le déplacement et la vision dans l’espace sont parfois un peu complexes. J’avais un peu de mal par moments pour savoir si je devais aller en avant ou sur le côté. Après plusieurs essais, la prise en main fut plus facile, mais il faut un temps d’adaptation. De même pour le rythme de la musique. Même si sur ce dernier point, c’est différent à chaque niveau donc il faut prendre son temps à chaque début pour identifier le rythme qui va s’appliquer.

Aerowalk

Les premiers niveaux sont assez faciles et la prise en main devient tout de même assez intuitive. Puis les niveaux suivants se complexifient, avec de nouveaux obstacles, réglés eux aussi sur le rythme musical. Enchaîner les niveaux se fait trop facilement. Le jeu est très addictif, j’ai eu du mal à m’arrêter lors de mon essai !

 

Les images sont issues kit presse de l’éditeur.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le blog utilise les cookies pour améliorer votre expérience et diverses statistiques de fréquentation. En continuant à utiliser le blog, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

En Live ! Rejoignez-moi !
CURRENTLY OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :