[Convention] PAF 2020 – Quand la science rencontre la culture geek

par Seilin
Bannière PAF2020

Les 8 et 9 février, j’ai la chance de pouvoir assister à un événement qui m’intéresse beaucoup, près de chez moi. Il s’agit du Play Azur Festival, qui se déroule à Acropolis, à Nice. L’année dernière, j’avais même eu l’honneur d’avoir mon propre stand ! L’expérience était fort enrichissante, mais difficile de tout gérer seule et d’essayer de profiter d’un salon… Donc cette année, j’ai repris mon statut de blogueuse « itinérante », et je me suis à nouveau retrouvée dans les allées !

Entre les stands à voir, les conférences à assister, et les activités, j’ai pu planifier un beau programme, et j’ai expérimenté pas mal de choses…

Quand la science entre en scène

C’était comme ça dès la première édition, le Play Azur Festival (PAF) ne propose pas que des stands de vente geek et quelques activités liées à la culture japonaise. Non, pour moi, le PAF c’est avant tout une tonne d’invités venus de mondes totalement différents, universitaires et youtubeurs qui œuvrent dans des tas de domaines. Chimie, physique, astronomie, paléontologie, mais aussi la musique, le droit ou l’économie, plusieurs sciences y sont représentées.

La surface allouée est toujours très grande, mais cette année les allées me semblaient un peu plus vides… Peut-être ce n’était qu’une impression, je ne sais pas. Mais j’ai pris grand plaisir à jeter un œil aux stands purement scientifiques (pour ceux qui ne le savent pas, je suis chimiste, donc c’est mon domaine). J’ai pu discuter chimie donc, tester ma reconnaissance de certaines odeurs, ou trouver les similitudes entre des os de dinosaures et de poule.

Ce fut aussi l’occasion de rencontrer Pellichi, une mangaka qui est également docteure en biologie. J’avais vu son nom sur la liste des invités, et j’étais très curieuse ! Son manga, Matériel et Méthodes, parle du parcours d’un stagiaire en biologie, et met en scène des méthodes d’analyse et du matériel de laboratoire. Que des choses qui me parlent ! J’ai commencé à le lire, et j’aime beaucoup. Que ce soit le coup de crayon, ou la vulgarisation scientifique qui en découle.

PAF2020 - Manga Pellichi

Mais côté vulgarisation scientifique, le PAF va plus loin. Tout au long du week-end, ce sont de multiples conférences qui permettent de partager au plus grand nombre ces domaines parfois incompris. Ce sont souvent des youtubeurs, parfois en collaboration avec des universitaires qui s’en occupent.

A noter que c’est vraiment ouvert à tous, du moment qu’on s’intéresse un minimum au domaine concerné. Cette année, j’ai assisté à plusieurs de ces conférences, et je les ai toutes beaucoup aimées :

  • “Les vidéos échoscientifiques”, avec la présence d’Astronogeek, J’m’énerve pas, j’explique, et de chercheurs universitaires,
  • “Pourquoi les années 80 sont la meilleure décennie ever”, de Marjorie Le Nohan, que je ne connaissais pas du tout mais qui nous a bien fait rire,
  • “Quand Pop culture et cerveau font bon ménage”, de La tête dans le cerveau, qui a expliqué des choses très intéressantes sur notre cerveau et l’intérêt des séries, films ou jeux vidéo (une zone du cerveau dédiée à la reconnaissance des Pokémon, l’existence d’une maladie très proche de Jarod, le Caméléon, des recherches sur les phobies à l’aide de films comme Spider-Man ou Ant-Man…)
  • “Que nous veulent les plantes”, par le Plantoscope
  • “Mais si, les jeux vidéo ça me servira plus tard !”, par Qu’est-ce que tu GEEKes ?, qui m’ont fait prendre conscience de plusieurs soft skills développés grâce à mes licences fétiches, quand je pensais que cela n’avait pas grande utilité en dehors de mon petit plaisir. Et oui, Mario permet de développer la persévérance, Zelda la résolution de problème, et Animal Crossing l’empathie par exemple !

Mais il y en avait encore beaucoup d’autres. Auxquelles je n’ai pas assisté par manque de temps, ou parce qu’elles m’intéressaient moins. Il n’est pas possible de tout faire ! Par contre, chaque intervenant était disponible tout au long du festival, soit sur un stand, soit en dédicaces au cours de grands créneaux. De quoi prolonger les discussions et approfondir certains sujets !

Les classiques de la culture japonaise

Bien évidemment, une convention geek n’en serait pas une sans une bonne part de stands de vente, d’animations jeux vidéo ou de concours de cosplay. Sur ce point là, il y avait également de quoi faire ! Je serai moins bavarde sur ce thème car on retrouve souvent les mêmes dans les conventions du coin. Mais je peux mentionner le stand de Nintendo Sunshine, Twilight of the Gods, Gamergen et The Nice Geek pour le jeux vidéo, pas loin d’une scène qui leur été attribuée. Plus loin, plusieurs animations de jeux de société, des expositions Harry Potter et Star Wars, ou encore une collection de Power Rangers, plus originale.

Si la science était concentrée sur le premier étage du bâtiment, la partie geek couvrait une partie de ce dernier, le deuxième étage, et le hall autour des escaliers et escalators. Les stands de vente étaient nombreux, mais très variés. Au PAF, difficile de voir 2 stands très similaires, et ça c’est bien ! Des goodies de Disney côtoient ainsi de l’art steampunk, des sculptures en acier, ou des badges en chibis très mignons.

Principalement dans le hall, ce furent surtout les animations japonaises qui m’ont attirée. Exposition de bonsaïs, initiation au go, au shogi, ou même à l’origami ! Une ambiance bon enfant dans ce coin là qui m’a beaucoup plu. D’ailleurs j’y ai passé pas mal de temps ! Je reviens dessus un peu plus tard…

Pour ce qui est du programme, c’est surtout le grand amphithéâtre qui fut animé par la culture geek. A commencer par le procès Harry Potter. J’y passé une tête, mais il était trop axé Brexit et politique “réelle”, donc je ne suis pas restée. Mais surtout, le concours de Cosplay avait lieu dans l’après midi de dimanche et a attiré les foules ! Je n’ai pas pu rester très longtemps, il y avait déjà du monde, mais comme toujours, les prestations étaient au top ! D’autres cosplayeurs parcouraient les allées, et j’ai pu en voir de très beaux !

Par contre, j’avoue avoir été surprise par le monde présent au concours de k-pop. Je sais que ça attire souvent beaucoup de monde, mais je ne pensais pas à ce point. Les shows étaient sympas, mais là encore je ne sis pas restée. Pour le monde, mais surtout pour l’hystérie dont faisaient preuve certaines personnes ! Ça hurle pendant le show, un boucan horrible, pas agréable du tout… C’est dommage, j’aimais bien la musique et les danses !

Côté dédicaces, il y avait tout de même des invités autres que scientifiques. Des Youtubeurs plus classiques comme Bob Lennon ou Siphano par exemple. Mais ne les suivant pas (ni eux ni les autres), je ne peux pas trop en parler… Juste vous dire qu’ils étaient là, en dédicaces gratuites et en conférences. La grande première au PAF toutefois (si je ne me trompe pas), c’est la présence de doubleurs. Boris Rehlinger et David Krüger, connus notamment pour les voix respectives de Jason Statham et Dwayne Johnson. Lors de leur conférence, ils nous ont offert une scène de doublage made in Play Azur à Nice qui fut mémorable !!

PAF2020 - doubleurs


Mon petit programme du week-end

Cette année, je me suis fait plaisir côté activités, en parallèle des conférences auxquelles j’ai assisté ! Avant même d’entrer dans le salon, je m’étais dit que je voulais changer un peu mon rythme habituel. Une fois sur place, le fait que tout était gratuit aidait un peu, même si ça engendre de l’attente. Surtout pour la photo dans la DeLorean ! Mais à l’ouverture le dimanche, ce fut idéal. Première fois que je montais dedans, j’étais ravie !

PAF2020 - DeLorean

Comme souvent, j’ai aussi beaucoup profité des stands associés à Nintendo. Que ce soit avec le stand de shooting photo de Recreatives et leur superbe décor Mario Bros, ou sur le stand de Nintendo Sunshine, où j’ai tenté un blind test musical (qui fut assez catastrophique pour moi !) et essayé Tokyo Mirage Sessions FE (test un peu trop court et sans musique donc pas idéal). De même pour le stand du Re-Play avec son shooting photo années 80 !

Mais c’était surtout la partie japonaise qui m’intéressait. J’en ai donc profité pour écrire un souhait sur l’arbre, regarder quelques combats de sumo et des parties de go, ou encore m’essayer au Yo-yo Tsuri. Vous savez, ces ballons qui flottent dans une bassine, qu’il faut pêcher avec un bout de papier ! Le papier casse très très vite, il faut bien viser… Forcément, je n’ai pas réussi, surtout que je n’avais pas bien compris où je devais placer l’hameçon… Mais c’était marrant !

Ce que je ne pensais pas tester par contre, c’est la méditation. Je m’y intéressait depuis quelques temps, j’avais même commencé à faire quelques exercices à la maison la veille, mais je ne me voyais pas faire un cours d’initiation au milieu de tout ce brouhaha. Et bien finalement si, je l’ai fait. J’étais seule avec la personne en charge du stand (un temple zen niçois) pour une séance de méditation pleine conscience. C’est-à-dire que le but n’est pas de faire le vide dans son esprit, mais au contraire de faire le point.

Elle m’a expliqué comment me positionner, sur les coussins spéciaux, face au mur, avec un positionnement des mains spécifiques, comment respirer profondément… Le plus dur finalement était de faire abstraction du bruit, mais ce fut un bon exercice. Et j’ai trouvé ça vraiment intéressant et légèrement bénéfique (pour le peu de temps que je suis restée). Ce qui m’a donné bien envie d’essayer une séance complète au temple à l’occasion !

PAF2020 - Seilin en pleine meditation

Le clou du week-end fut tout de même une bonne session d’origami ! J’ai essayé plusieurs fois de m’y m’inscrire, mais à chaque fois j’arrivais trop tard. Un peu avant la fermeture, j’ai réussi à débuter mes pliages. Nous avons commencé avec une petite boîte, mais je me souvenais à peu près de la méthodologie pour la construire. Par contre pour faire une petite souris, ce fut autre chose ! Avec les papiers de couleurs et l’explication des gestionnaires du stand, je me suis régalée ! Et je suis repartie avec mes créations, plus quelques autres, souris, éléphants, et même les fameuses grues !

Chaque année, je ne sais jamais combien de temps je vais rester au Play Azur. La première fois ce fut court, peu de choses m’intéressaient. L’année dernière j’avais mon stand donc je n’avais pas le choix, je devais rester. Cette année, j’ai fait quasiment les 2 journées complètes et je ne me suis pas ennuyée ! Il y a même des choses que je n’ai pas pu faire par manque de temps et/ou d’organisation.
C’est une événement qui se fait essentiellement pour ses invités et ses conférences, selon votre intérêt. Je ne peux que le recommander pour en apprendre un peu plus sur divers thèmes scientifiques, ou pour passer un bon moment autour de stands plus familiers avec une bonne ambiance.

Comme toujours, je vous renvoie également sur la page Facebook du blog pour accéder à l’album photo complet de l’événement.

Articles similaires

2 commentaires

MidoGeek 5 mars 2020 - 19 h 38 min

C’avait l’air sympa sympa la séance de méditation.

Reply
Seilin 6 mars 2020 - 8 h 29 min

J’avoue que c’était bien agréable oui ! Il faut que je me planifie une soirée pour tester en conditions réelles.

Reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le blog utilise les cookies pour améliorer votre expérience et diverses statistiques de fréquentation. En continuant à utiliser le blog, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

En Live ! Rejoignez-moi !
CURRENTLY OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :