[Test] SteamWorld Quest (Switch)

par Seilin

Bannière test SteamWorld Quest Switch

Connaissez-vous l’univers SteamWorld ? Un univers créé par le studio Image and Forms, qui présente déjà plusieurs jeux, dont SteamWorld Dig 1 et 2, jeux de plateforme à la metroidvania et SteamWorld Heist, un tactical-RPG. Un nouveau jeu sort environ tous les 2 ans. Cette année, c’est une toute nouvelle aventure que le studio nous a offert. SteamWorld Quest est un RPG d’un nouveau genre, avec un système de jeu à cartes. Je dois vous avouer que cette annonce m’avait beaucoup attirée, et j’avais hâte de me pencher sur le jeu !

Après un premier stream découverte, voici donc mon test complet du jeu, maintenant que je l’ai terminé.

 

Une aventure robotique

Il était une fois, à l’époque de l’Age des Héros, des dieux qui s’ennuyaient profondément. Ils ont donc eu l’idée de créer un véritable monstre, le Béhémoth. Comme dans tout compte de fée qui se respecte, cela a permis l’arrivée d’un vrai héros, Gilgamech, qui a vaincu le monstre, et a caché son cœur. C’était il y a fort longtemps, et une nouvelle histoire est sur le point de débuter…

SteamWorld Quest - début de l'histoire

Tout commence par une belle journée en forêt, où nous rencontrons 2 des principaux protagonistes. Univers SteamWorld oblige, toutes deux sont des robots, au look et au caractère très différents. Armilly est une apprentie héros très volontaire, quoiqu’un peu trop coincée dans son “guide du héros” qui fait qu’elle conte leurs moindres faits et gestes. Copernica est beaucoup plus terre à terre, et comme son nom peut l’indiquer, plutôt axée sciences. Enfin, alchimie plus exactement, et elles sont à la recherche d’un champignon magique.

SteamWorld Quest - descriptif Copernica

Le jeu est assez linéaire, et l’exploration se fait par séquences plutôt courtes, avec des décors sublimes dessinés à la main. Les feuilles bougent au rythme du vent, les héros avancent de manière assez fluide, et rencontrent régulièrement des ennemis qui seront à l’origine de multiples combats (mais j’y reviendrai). Chaque tableau dispose d’une légère profondeur, permettant de diriger les héros dans toutes les directions et d’interagir avec le décor, et une petite carte en bas de l’écran précise l’entrée et les issues existantes. Enfin, c’est sans compter quelques passages secrets qu’il vous faudra trouver par vous-même avec un peu d’exploration !

SteamWorld Quest - carte du monde

En bas à droite, on peut voir une partie de la carte du monde

Très rapidement, l’histoire se met en place, avec l’attaque du village des 2 héroïnes, et la disparition de tous les “vrais héros” de la guilde. Au village, la petite troupe s’agrandit avec l’arrivée de Galleo, un robot Tanguy un peu bourru mais très fort et protecteur.

A l’issue d’un combat contre le général Canari (un robot étrange avec un canari dans une cage à la place de la tête), l’équipe apprend qu’un danger plus grand menace. Le Seigneur des Ténèbres et son Armée du Néant attaquent tous les villages alentours et s’emparent de tous les héros.

SteamWorld Quest - chapitre terminé

Il sera possible de revenir sur les anciens chapitres pour les terminer à 100%

Nos apprentis héros décident donc de partir à la chasse aux informations. Au fil des chapitres, ils seront amenés à rencontrer de nouveaux personnages, certains intégreront même la fine équipe, pour des raisons très diverses.

Chaque chapitre est également la scène de nouveaux décors. Prairies, ruines, château, montagnes enneigées… Ils sont tous différents à chaque fois, et aussi magnifiques les uns que les autres.

SteamWorld Quest - ecole d'alchimie

Un des décors que j’ai préférés !

 

Un système de combat atypique

Outre les graphismes que j’ai adorés, et un scénario en béton (même si je n’ai pas dit grand chose pour garder un peu de surprises…), le gros point positif du jeu, c’est son système de combat, très étonnant pour un RPG. En effet, les combats se font à l’aide d’un deck de cartes à construire, ce qui est relativement peu courant. Et les jeux utilisant ce système sont très différents. Je dois dire que depuis des années, je compare ce genre de jeux à un gros coup de cœur, Etherlords II, donc je suis assez critique.

Dans SteamWorld Quest, les combats se font uniquement à l’aide de cartes, et les personnages jouables disposent tout de suite d’un premier deck utilisable. Dès les premiers ennemis rencontrés, le combat se lance et c’est grâce à un tutoriel rapide que vous comprendrez comment jouer. Mais je vous rassure, c’est très facile.

SteamWorld Quest - tuto combat avec cartes

Tout d’abord, chaque carte a une couleur qui correspond au personnage correspondant. Par exemple, les cartes rouges ne sont jouables que par Armilly, les bleues par Copernica, etc… Certaines vont pouvoir porter une attaque, d’autres une amélioration de stats et les dernières une aptitude spécifique. Parmi les attaques, vous retrouverez des attaques physiques ou magiques, selon plusieurs éléments (feu, glace, …).

Tout ceci semble très simple n’est-ce pas ? Presque trop… Mais il y a tout de même un peu de stratégie dans cette gestion des cartes. Pour commencer, les cartes peuvent avoir un coût, exprimé en rouages. Certaines sont gratuites, et en apportent un ou plus, d’autres vont consommer les rouages qui ont été obtenus auparavant.

SteamWorld Quest - carte avec cout

Cette carte ne peut être utilisée que si vous avez 3 rouages lors de son utilisation

Ensuite, chaque deck ne peut être composé que de 8 cartes, et l’équipe de 3 membres. Il vous faudra donc construire vos decks en conséquence. D’autant que vous verrez qu’il y a de nombreuses autres spécificités à connaître, notamment des bonus si vous utilisez toutes les cartes d’un même personnage lors du même tour (chaînes héroïques), ou que vous formez certaines combinaisons. Mais je n’en dis pas plus, pour garder un peu de suspense

En tout cas, ce que je peux vous dire, c’est que vous pourrez jouer comme bon vous semble selon votre niveau. Soit de manière assez directe, sans trop réfléchir à la stratégie, soit en affinant vos decks et votre équipe avec toutes les combinaisons possibles.

SteamWorld Quest - combo d'equipe

Un combo entre Galleo et Armilly, qui va donner un petit coup de pouce…

Et pour obtenir les meilleures cartes, rien de mieux qu’une boutique ambulante, une sorte de wagon tenu par une cartomancienne étrange… Elle vous suivra à peu près de partout, malgré son moyen de transport plutôt encombrant. Mais surtout, vous pourrez vous approvisionner en objets de soins, matériaux, équipements, et bien sûr en nouvelles cartes. Celles-ci pourront être fabriquées par le biais de matériaux que vous aurez collectés lors des combats.

SteamWorld Quest - boutique de cartes

Le combat en lui-même se déroule au tour par tour. Tous les ennemis que vous avez vus à l’écran se retrouvent au combat, jusqu’à 4 (contre 3 de votre côté..). Une fois vos cartes sélectionnées, les attaques sont portées par votre équipe, dans l’ordre que vous avez décidé, puis par les ennemis. Vous avez donc clairement un avantage, mais quand les ennemis sont nombreux en face, il faut prendre garde à leur force.

Un petit mot sur le menu du combat, très important. Celui-ci vous permet d’utiliser des objets de soin, mais aussi et surtout de connaître des détails sur vos ennemis, et surtout leurs forces et faiblesses. De quoi mettre en place une belle stratégie avant de lancer les premières attaques. Avec le temps, vous pourrez même reconnaître les ennemis avant que le combat ne soit lancé, et affiner vos decks en conséquence si nécessaire.

SteamWorld Quest - attaque faiblesse

 

Une expérience de jeu pas si parfaite

Même si le jeu semble parfait de prime abord, je n’ai pas pris autant de plaisir que je n’aurais pensé. Je ne saurais pas dire exactement pourquoi, je m’attendais probablement à plus. Plus d’exploration pour commencer, car finalement cet aspect n’est pas beaucoup poussé dans le jeu. Les tableaux sont très courts, et il y a peu d’issues pour chaque. Il y a bien sûr les quelques passages secrets à trouver pour des objets ou cartes plus rares, mais ça reste succinct.

SteamWorld Quest - dragon

Les boss de fin de chapitre sont souvent beaucoup plus forts…

Le jeu étant conté tel un livre, toutes les étapes sont autant de chapitres et d’actes qui divisent l’histoire. Avec des décors différents d’un chapitre à l’autre, très recherchés et réussis. Mais c’est comme si ces décors manquaient d’âmes, malgré leur beauté.

Côté prise en main, j’ai surtout joué en mode portable sur la Switch, et c’est très agréable. Les cartes ne sont pas trop petites, tout est lisible, mais le tactile n’est pas utilisé et c’est bien dommage. Sur grand écran, je n’ai ressenti aucun ralentissement ou autre, mais je garde toujours une préférence pour le mode nomade. Par contre, certaines commandes n’étaient pas des plus ergonomiques, et malgré les quelques personnalisations que j’ai pu faire, je n’ai pas trouvé de paramétrage parfait.

SteamWorld Quest - menu options

Editeur : Image & Form
Supports : Switch (Steam)
Tarif Switch : 24,99€
Jeu testé fourni par Image & Form.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le blog utilise les cookies pour améliorer votre expérience et diverses statistiques de fréquentation. En continuant à utiliser le blog, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

En Live ! Rejoignez-moi !
CURRENTLY OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :