[Test] Koloro, un rêve doux et exigeant (Switch)

par Seilin

Test Koloro Switch

J’ai une histoire un peu particulière avec Koloro. J’ai découvert ce jeu sur une plateforme permettant de découvrir de nouveaux projets qui ont besoin de développement, de financement, visibilité… Comme j’ai été enchantée par ce projet de Sköll Studio, un jeu très poétique, beau, avec une musique mélodieuse…, je l’ai suivi de loin, jusqu’à ce que je puisse l’essayer à la Japan Expo. Mais pas de chance pour moi, il n’y avait aucune sortie sur Switch prévue, même si la volonté y était… Et c’est en discutant avec le développeur et un peu grâce à mon article, que des contacts ont pu être faits, et le jeu a pu être porté sur la console de Nintendo. C’est donc une petite fierté pour moi d’y avoir contribué, et j’avais hâte de mettre les mains sur ce jeu pour le découvrir dans sa globalité.

 

Le début du rêve

Le jeu commence dans le noir. Seules sont éclairées les 2 petites filles, avec une forte teinte de rose, et une en vert. Le jeu nous propose de commencer le rêve, ce qui nous met tout de suite dans l’ambiance onirique du jeu, musique comprise. De là, vous avez déjà le choix entre une partie solo ou à 2. Mais comme à mon habitude, je n’ai joué que la partie seule.

Nous nous retrouvons donc avec Kora, une jeune fille qui se retrouve séparée de sa sœur après une chute. Seule dans le noir, c’est une lueur qui vient la réveiller. Il s’agit de Bou, son ami imaginaire, qui va l’aider à retrouver sa sœur. Pour cela, elle va devoir trouver des cristaux et traverser divers mondes…

Koloro Switch - Bou l'ami imaginaire

 

Un gameplay unique

Grâce aux pouvoirs de Bou, Kora va pouvoir changer d’apparence. Dès qu’elle se met en mouvement, elle devient un cube qui avance tout seul.

Les commandes sont plus que simples, mais demandent une maîtrise qui va nécessiter d’être perfectionnée au fil des niveaux. Car appuyer sur le bouton A (ou toucher l’écran en mode tactile) lance Kora dans la direction dans laquelle elle se tient. Ensuite elle ne peut qu’aller tout droit. Appuyer à nouveau permet de la faire sauter. Pour éviter ou franchir des obstacles, mais aussi et surtout pour rebondir sur les murs. Car c’est en sautant depuis un mur ou n’importe quelle surface verticale, que Kora change de direction. Pas autrement…

À vous de trouver où sauter pour l’amener où vous le souhaitez.

Koloro Switch - niveau simple premier chapitre

Un des premiers niveaux, on voit rapidement ce qu’on attend de nous.

Pour terminer un niveau, il vous faudra collecter tous les cristaux, qui ouvriront alors un portail vers le niveau suivant. Et si ça a l’air simple de prime abord, l’exercice devient de plus en plus compliqué à mesure que vous progressez. De nouvelles mécaniques de jeux font leur apparition, de nouveaux ennemis se mettent en travers de votre route, et de nouveaux défis vont embrumer votre esprit. Pics mortels à éviter, monstres, lave, etc… seront vos ennemis à éviter à tout prix. L’avantage, c’est que les tableaux tiennent sur l’écran et sont relativement courts. Il est donc tout à fait possible de réfléchir à son parcours avant de se lancer.

Et pour activer le portail et y arriver, vous devrez jongler avec des interrupteurs, des lucioles, des murs invisibles et tout plein de mécanismes divers et variés, que vous découvrirez au fur et à mesure. C’est d’ailleurs un point que j’ai beaucoup aimé dans le jeu. Chaque nouveauté est amenée gentiment, avec un niveau qui l’utilise d’abord facilement, puis elle est mise en place de manière plus complexe.

Au-delà des niveaux à finir les uns après les autres, il y en a qui ont plusieurs sorties possibles. Une fois tous les cristaux collectés, plusieurs portails s’ouvrent et s’offrent à vous. Il faudra refaire le niveau pour ouvrir l’autre voie. Mais ce n’est qu’en revenant sur vos pas et en vérifiant sur la carte que vous pourrez constater à quel point la quête de Kora n’est pas si linéaire… Par moment, les niveaux forment une sorte d’arbre, dont les ramifications ne sont là que pour actionner un nouveau mécanisme qui ouvrira la route finale.

Au total, ce sont 4 mondes différents à parcourir. Chacun avec un univers particulier, ses décors et ses mécaniques totalement différentes. Et chaque fin de chapitre se ponctue d’un niveau plus complexe que les autres, demandant une très bonne maîtrise de tout ce qui a été vu jusqu’alors. Et va guider Kora dans sa quête pour retrouver sa sœur…

Koloro Switch - carte avec niveaux croisés

Une carte pas si évidente que ça, pleine de surprises !

 

Une ambiance enchanteresse

La musique est belle et calme. Plutôt reposante, ce qui tranche un peu avec le côté stressant du die and retry du jeu. Mais ce n’est pas plus mal, car du coup on refait les niveaux avec plaisir et sérénité, même pour la dixième fois ! Il est difficile de s’arrêter tellement le jeu est additif et plaisant. Et petit détail qui fait la différence, chaque saut de Kora est une note de musique qui vient s’ajouter au thème général du tableau. La bande son est ainsi unique, et dépend totalement de votre style de jeu.

Côté graphismes, j’ai été totalement conquise. C’est à la fois assez minimaliste et parfaitement détaillé. L’arrière plan dispose d’une palette de couleur propre au chapitre (rose et bleu pâles pour le réveil, vert pour la forêt, bleu pour l’eau…) avec divers éléments distincts, tandis que le premier plan est entièrement noir, permettant de bien visualiser les éléments solides utiles à la progression de Kora. Très peu de textures au premier plan, mais certains éléments sont très bien travaillés, comme les plateformes rotatives. Un vrai souci du détail, rien n’a été laissé au hasard. Sans oublier les quelques mécanismes essentiels tels que interrupteurs, pics, et bien sûr les cristaux, tous en couleur vive. Le rose correspond à tout ce qui est allié, mécanismes et cristaux, tandis que le rouge est à éviter.

Pour ce qui est de la durée de vie, il m’a fallu environ 8 heures pour venir à bout de la quête de Kora. Avec des tableaux très rapides, et d’autres un peu plus complexes, et surtout que j’ai du refaire beaucoup trop de fois ! Et pour prolonger le plaisir, il est tout à fait possible de revenir sur les niveaux, pour battre le temps conseillé, et pour trouver les étoiles cachées dans les niveaux. Je n’ai pas trouvé à quoi elles servaient, mais j’ai pu compléter un chapitre ainsi.

Et une fois le mode normal terminé, le mode difficile est débloqué. Les niveaux sont les mêmes, mais avec quelques modifications… Beaucoup plus sombres, de nombreux obstacles ont été rajoutés. La maîtrise des déplacements de Kora doit être parfaite, et il n’y a plus de temps morts dans les niveaux. Tout est réglé au millimètre ! De quoi satisfaire les joueurs les plus hardcores !! Pour ma part, j’ai joué les premiers tableaux, j’ai beaucoup apprécié le changement d’ambiance, mais je n’ai pas poussé très loin pour ma santé mentale 🙂

Koloro Switch - mode difficile

Et oui, c’est le même niveau que présenté plus haut, mais en légèrement différent…

Et même si je ne l’ai pas testé, la magie continue avec un mode multijoueur, qui suit l’aventure de Kora et de Lora, sa sœur. Tout ce que je peux vous dire à son sujet, c’est que les niveaux sont différents, et ont été pensés pour du multijoueur, avec une véritable coopération. Une toute nouvelle aventure donc, qui vient au moins doubler le temps de jeu et le plaisir.

Koloro Switch - mode 2 joueurs

 

Editeur : Qubic Games (développeur Sköll Studios)
Supports : Switch (Steam)
Tarif Switch : 9,99 €
Jeu testé fourni par Qubic Games.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le blog utilise les cookies pour améliorer votre expérience et diverses statistiques de fréquentation. En continuant à utiliser le blog, vous acceptez l’utilisation des cookies. Accepter En savoir plus

En Live ! Rejoignez-moi !
CURRENTLY OFFLINE
%d blogueurs aiment cette page :