Pokémon Picross est un free-to-play (encore un de la licence) assez récent (décembre 2015), qui combine 2 licences que j’apprécie particulièrement : Pokémon et Picross (vous vous en serez doutés…) et que l’on retrouve sur 3DS.

 

Du Picross…

Dans Pokémon Picross, il y a Picross (et Pokémon, mais j’y reviendrai plus tard). Késako ? Picross est un jeu de casse-tête, où il fait résoudre des puzzles en remplissant des cases à l’aide des chiffres notés au début de chaque ligne et colonne (petit aperçu). Plusieurs chiffres sont affichés lorsqu’il y a des espaces entre les cases à noircir. Une fois les cases remplies, le puzzle forme un dessin, ce qui permet de mieux concrétiser le jeu. Il existe actuellement 6 Picross disponibles sur l’eShop, chacun avec des puzzles différents.

Il existe 3 types de puzzles dans le jeu : les Picross simples, avec des grilles allant de 5×5 cases à 20×15, chaque ligne et chaque colonne présentant un ou plusieurs chiffres, les Méga-Picross, où les chiffres peuvent être à cheval sur 2 lignes ou colonnes, et les Micross, qui sont comme des Picross simples, mais chaque case du puzzle devient à nouveau un Picross, afin d’affiner les traits et former un grand tableau.

 

 

…et du Pokemon

Et donc, dans Pokémon Picross, il y a aussi Pokémon (j’y viens). Ici, pas de combat, mais des captures automatiques une fois le puzzle terminé et le Pokémon révélé (à la place d’un dessin quelconque dans les autres Picross). Tous les Pokémon existants sont capturables, à travers les 30 zones aux couleurs des villes des jeux (même si je n’ai pas tout reconnu). Chacun possède son type initial, ainsi qu’un talent spécifique associé qui sera utilisable pour la résolution des puzzles (arrêter le temps, découvrir certaines cases, corriger les erreurs…).

 

 

Les méga-évolutions sont aussi de la partie, sous la forme de puzzles plus grands (et donc plus difficiles), et les Pokémons méga-évolués disposent de talents similaires, mais beaucoup plus forts, comme les autres Pokémons légendaires également disponibles (talents actifs plus longtemps, utilisables plus souvent, sur des puzzles plus grands…).

 

 

Payer, payer, payer…

Comme tout free-to-play qui se respecte, la question du paiement vient assez rapidement. Peut-on véritablement jouer sans payer ? Et si non, quel montant peut-on mettre raisonnablement dans le jeu ?

Vous l’aurez compris, je suis une grande adepte des Picross e, j’ai fini les 5 premiers et presque le 6ème et dernier sorti à ce jour. Sachant qu’ils font tous 5 euros l’un, je pense que mettre ce montant dans Pokémon Picross est tout à fait acceptable, et en tant que fan (modérée) de Pokémon, je suis prête à mettre un peu plus sans trop de problèmes. Mais concrètement, à quoi j’ai droit pour 5 ou 10 euros ?

 

 

Une promotion unique (surement pour la sortie du jeu) m’a permis d’acquérir 1000 picrites pour 5 euros, au lieu de 7 euros. Avec cette folle somme, j’ai pu avoir le méga-stylo pour accéder aux puzzles des méga-évolutions, débloquer le mode alternatif pour refaire les puzzles en mode Méga-Picross, ajouter un Pokémon à mon équipe, et débloquer une zone. J’ai donc pu jouer pas mal de temps ensuite, même si j’ai regretté avoir débloqué aussi tôt le mode alternatif. Je pensais qu’en faisant ainsi, j’aurais accès à tout plein d’objectifs et de nouvelles récompenses, mais en fait, je n’ai eu droit qu’à des objectifs, rien d’autre, pas de vraie rentabilité des 300 picrites dépensées.

Un conseil, débloquez-le vers la fin plutôt que vers le début, et utilisez ces 300 picrites pour avancer dans le jeu en mode normal.

 

 

Dans la boutique, on nous indique qu’une fois 5000 picrites achetées, on peut en avoir une infinité gratuitement (correspond à 32 euros maximum). Cela permet de ne pas être frustré pour jouer, mais en même temps enlève un peu le challenge de réussir tous les défis pour obtenir les récompenses associées.

Parmi toutes les options à payer, on peut noter :

  • Le nombre de places disponibles dans l’équipe (jusqu’à 5, entre 50 et 80 picrites l’emplacement)
  • La jauge P à améliorer pour jouer plus longtemps en une seule fois (100 picrites pour passer au niveau 3, le niveau 5 la rendant inépuisable, sinon elle diminue à chaque cases noircie, sachant qu’il faut attendre 1 minute pour retrouver 1 point)
  • Les zones à débloquer (à priori montant = 50+10x le nombre de Pokémon dans la future zone)
  • Le méga-stylo (à acheter une seule fois pour 500 picrites)
  • Le mode alternatif (à débloquer une seule fois pour 300 picrites)

Cela fait quand même beaucoup de picrites à dépenser, surtout quand on voit le rythme des récompenses qui ne suit pas forcément.

 

 

…ou attendre

N’ayant pas voulu payer plus de 5 euros pour l’instant, je me retrouve donc à attendre les récompenses de l’entraînement quotidien et des quelques parties que je peux faire, sachant qu’il devient difficile d’obtenir des picrites par d’autres moyens une fois que tous les Pokémon disponibles ont été capturés. Certains objectifs ne sont faisables qu’après avoir avancé suffisamment dans le jeu et capturé certains Pokémon spécifiques, et les défis deviennent long à réaliser.

Autant dans les premières zones, l’attente est modérée (quelques picrites déjà disponibles et des zones peu coûteuses à débloquer), autant dès le premier tiers passé, il est plus difficile de tenir, avec des zones contenant entre 10 et 15 Pokémon, soit des coûts pour débloquer la zone entre 150 et 200 picrites. Car il faut compter environ 40-50 picrites par zone une fois les puzzles faits, plus jusqu’à 11 par jour grâce aux entraînements (ou 12 à partir d’un certain nombre de zones débloquées, nombre qui pourra peut-être allé en augmentant encore). Il faudrait attendre donc presque 15 jours pour pouvoir débloquer une zone. Cela risque de vite devenir lassant…

 

 

Pour ce qui est des défis, il ne faut pas espérer gagner beaucoup de picrites d’un coup par ce biais. Car les premiers sont faciles à gagner (capturer 1, 10 Pokémon, débloquer le mode alternatif…), mais pour les autres, il faut miser sur le long terme (voir la fin du jeu, utiliser 50 fois tel ou tel talent…).

Ainsi, l’appréciation du joueur se fera selon son mode de jeu. S’il veut rusher et finir le jeu au plus vite, il ne le pourra qu’en payant le prix fort. Dans ce cas, il pourra finir tous les puzzles aussi vite qu’il le souhaite et passer à autre chose. Mais s’il est comme moi, et aime prendre son temps pour des casse-tête tels que les Picross, alors faire une grille ou deux, quelques fois par jour, ne le gênera pas plus que ça, et le jeu pourra durer sans être obligé d’avoir à payer.
Alors oui, il y aura des moments où les puzzles devront être refaits plusieurs fois, car il manque un Pokemon précis, ou un talent qui n’est pas encore disponible, sans oublier les objectifs en mode alternatif.

Mais pour ma part, je navigue tranquillement entre les niveaux, à la recherche de l’objectif qu’il me manque, donc je ne refais jamais (ou presque) la même grille deux fois d’affilée. Ainsi, je ne prends pas le risque de me rappeler des cases à remplir, et je redécouvre chaque puzzle que je fais. Et puis, il reste les fresques, ces 2 Micross gratuits, qui ne font pas diminuer la jauge, mais qui sont à faire lorsqu’un fragment est obtenu lors des objectifs.

 

 

L’univers Pokémon mélangé à celui des Picross, personnellement j’adore ! Je pense que les fans de Picross seront ravis, car les puzzles sont là, même si les talents des Pokémon apportent une aide qui n’est pas souhaitée par les plus coriaces d’entre eux (j‘ai du mal à m’y faire, et quand je repasse sur des grilles difficiles de Picross e6, c’est un peu moins facile qu’avant). Mais nous avons quand même un semblant d’histoire, et un but un peu plus poussés que dans les Picross classiques, et ça c’est vraiment pas mal !

A l’inverse, les fans de Pokemon n’apprécieront pas forcément le jeu, s’ils n’aiment pas le genre. Pokémon est à la base un RPG, un jeu d’aventure, d’exploration et de combat, et tout ceci n’apparait pas ici (les combats n’étant qu’un terme employé pour indiquer que la grille est complétée). Cela pourra éveiller de nouvelles passions, mais pour les plus réticents, il y a de fortes chances pour qu’ils passent leur tour.

C’est probablement la raison du jeu en free-to-play : faire essayer aux joueurs de Pokémon un nouveau genre de jeu. Car au début le joueur avance vite, mais ensuite, il faut vraiment aimer le jeu pour continuer! Et même ainsi, c’est assez frustrant de devoir payer autant…

Mon avis : 6/10

Gameplay :
    
Très simple, comme pour les autres Picross. Le jeu se dirige au stylet, et les grilles peuvent se compléter au stylet ou à l’aide des boutons. De plus, le tuto de début permet facilement de comprendre le fonctionnement des différentes options.
Scénario :
    
Parler de scénario, c’est un peu gros, mais le jeu a l’avantage de proposer un but un peu plus poussé qu’un Picross classique. La capture des Pokémon, leurs talents, et les fresques à compléter apportent un petit plus non négligeable, contrairement à l’aspect payant trop marqué.
Bande sonore / graphismes :     
Comme tout Picross qui se respecte, les grilles sont à compléter avec une petite musique d’ambiance un peu redondante. A côté de ça, on peut noter les bruitages lors de l’activation des talents et des cases remplies. Côté graphismes, les Pokemon sont pixelisés, forcément, mais sont plutôt jolis.
Durée de vie :     
Qu’on paye ou pas, il y a de quoi faire en durée de vie globale. 30 zones à compléter, avec pour chacune entre 4 et 8 Pokemon (voire plus), sans oublier le mode alternatif et les fresques. Mais le fait de devoir parier sur du long terme si on ne veut pas payer risque de lasser certains joueurs.

 

Edition du 11/01/2016 : montant des zones à débloquer, récompenses de l’entrainement quotidien et revue de la période max pour débloquer une zone.

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

En live !
Absente
error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :