Ce mois-ci, dans « Un blog, Une Histoire », c’est au tour de La Geek en Rose, aka Lily, de venir nous parler un peu. Elle a choisi un sujet que j’adore, et que j’ai beaucoup aimé lire, celui de sa passion pour les RPG, que l’on peut retrouver au travers de ses nombreux tests sur le sujet!
Je vous laisse découvrir son histoire…

Aujourd’hui je suis ravie. Car j’écris pour ma copine blogueuse PassionaGeek aka Seilin.

Je me suis torturé un peu l’esprit car je ne savais pas trop sur quel sujet écrire et d’un coup c’est venu comme une évidence:  » J’aime les RPG. Mais pourquoi? ».

C’est vrai. N’avez-vous pas remarqué que souvent on vous demande quel est votre type de jeu favori, mais jamais pourquoi, qu’est-ce qui fait que c’est ce genre de jeu et pas un autre?

Alors c’est décidé, la genèse d’une jolie passion.

~ Acte I – Première rencontre, premiers émois ~

Quand j’ai commencé à jouer, je n’avais aucune idée qu’il existait des « genres » de jeux. Je jouais avec ce que j’avais à la maison ou dans la famille, chez mes amis…

Et puis un jour, c’est arrivé. Un bouleversement. J’ai découvert « Secret of Mana » sur Super Nes. J’ai bien senti que celui-ci était spécial :
Une histoire avec une importance des relations entre les personnages, une prise en main plus complète, des graphismes superbes associés à une bande-son plus que prenante, envoûtante je dirais.

Grande nouveauté, je ne faisais pas que diriger mon personnage, je lui faisais gagner de l’expérience, ce qui rendait la progression bien plus intéressante.

~ Acte II – De l’appréciation à la passion ~

Depuis cette découverte,  je n’avais qu’une envie, découvrir les vastes contrées des RPG. Et j’ai eu l’occasion de toucher aux grands classiques: Secret of Evermore, Time, Mystic Quest, Illusion of Time, et le sympathique Mario RPG (je veux  une suite! ♥)

Tant d’univers, tant de possibilités et de stratégies à mettre en place pour faire de son équipe la plus efficace pour explorer, farmer, pexer ou encore défaire les gros boss. Certains de ces jeux m’ont confronté à des énigmes plus difficiles que Professeur Layton, si par malheur je n’avais pas lu entièrement les dialogues.
En effet, au départ il n’y avait pas de résumés de quêtes ou de missions, et si on ne restait pas concentré, on risquait d’être bloqué des heures et des heures.

J’ai ensuite été émerveillée par Final Fantasy VII par un ami du primaire, et depuis lors Final Fantasy est devenu une passion pour moi.

Je me rappelle de mon tout premier achat chez Score Game (R.I.P.) : un Final Fantasy VIII platinum et pour ceux qui me lisent depuis un certain temps, vous savez ce qui existe entre moi et ce jeu. La légende merveilleuse s’est réalisée: « Le premier Final Fantasy auquel tu joueras, ton favori deviendra ». J’ai joué plus de 250 heures à cet opus tellement je l’ai fait, et refait pour le finir à 100% avec équipe & invocations au niveau 100.

Sans hésiter, j’ai acheté Final Fantasy IX à sa sortie, et ma tante m’avait même offert l’OST importée du Japon. Oh joie! C’était un vrai trésor, car Internet ne permettait pas de tout trouver comme aujourd’hui.

~ Acte III – Attention aux excès ~

Plus tard j’ai connu une phase de solitude pendant laquelle ma vie n’avait plus vraiment aucun sens – ou plutôt : je ne voyais pas tout ce qu’elle avait de positif – oscillant entre crises d’angoisse (mon père faisait des siennes) et phobie scolaire. J’étais rentrée dans une phase d’introspection extrême, restant à l’abri dans ma coquille et souhaitant limiter tout contact avec le monde humain.

Et c’est là où mon amour des RPG est devenu trop prenant : en découvrant leur version en ligne, les MMORPG. La perspective d’un jeu à durée illimitée, la personnalisation de ses personnages beaucoup plus poussée, les mises à jour, et bien plus encore, étaient des aspects qui me parlaient beaucoup. J’y pensais vraiment tout le temps, j’y passais des heures, des jours, parfois des nuits.
Je devenais mon personnage, et je ne me voyais pas vivre dans la réalité, trop dure et amère à mon goût. Et j’ai un jour réalisé que je passais à côté de beaucoup de choses. J’ai arrêté sec de jouer aux MMO trop chronophages pour moi, et que je ne savais pas gérer pour retourner sur les RPG.

~ Acte IV – Réconciliation ~

De retour dans l’univers des RPG, je redécouvre leur douceur, je peux me balader entre les quêtes, faire ma vie et surtout pas de recherche de « Attends je fais juste cette quête et après j’arrête. Elle est super importante car je vais avoir la clef du donjon/un équipement de fou »
C’est donc avec délice que je découvre Solatorobo, sur 3DS, qui a emmené de la fraîcheur dans l’univers RPG.
S’ensuit la réalisation d’un rêve en Novembre 2012 à la Cigale à Paris : voir le concert de Nobuo Uematsu à Paris.

La bombe Pokemon X/Y ravive la flamme de la  joie chez moi, et ma rencontre avec Samy, de jegeekjeplay.fr me permet de découvrir des sagas RPG inconnues pour moi: Persona, Shin Megami Tensei, Rune Factory, Etrian Odyssey… Je réalise que j’ai beaucoup de licences à côté desquelles je suis passée, mais je prends mon temps j’ai toute ma vie pour les découvrir: notamment les sagas Atelier ou Tales Of.

Pour conclure, les RPG constituent mon genre de prédilection, et m’ont permis de toucher à mon côté sombre pour mieux rebondir, et y jouer plus intelligemment, mais SURTOUT d’élargir ma passion du jeu vidéo aux aspects artistiques de ce fabuleux média : musiques, chara-design et travail graphique en général, scénarios, travaux préliminaires et études, etc.

2 Responses

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

En live !
Absente
error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :