ea-gamescom-2017

 

Maintenant que je vous ai parlé des jeux qui seront (à priori) sur Nintendo Switch, abordons les autres, avec un peu de retard. Car oui, nous avons essayé des jeux très différents, et sur d’autres plateformes. Curiosité, bonne opportunité, rendez-vous global… les raisons sont multiples. Je vais ainsi commencer cette deuxième partie par le stand d’Electronic Arts. Pour celui-ci, j’avais un rendez-vous dans l’espace presse qui occupait un hall entier. Plusieurs jeux y étaient disponibles, très variés en genres et en plateformes. Et si je ne les ai pas tous essayés, Seb s’est chargé de ceux qui me plaisaient moins.

 

Les Sims Mobile

the sims mobile

 

Il faisait partie de ceux que j’avais envie d’essayer, même si je ne joue pas aux Sims de manière générale. J’ai toujours été tentée par la licence, j’ai juste évité de me plonger dedans par peur d’y perdre tout mon temps. Donc un opus sur téléphone est forcément le bienvenu. J’y ai passé peu de temps, ma partie ayant freezé assez rapidement, mais il m’a donné bien envie.

Comme dans tout Sims, la partie commence avec la création du personnage. La personnalisation est complète, il est possible de tout modifier dans les moindres détails. De quoi perdre déjà pas mal de temps, mais aussi avoir un personnage qui nous ressemble, ou du moins qui nous plait. Une fois fait, le jeu commence avec une partie tutoriel. On continue avec l’installation dans la maison, la connaissance des voisins, un travail…

 

Sims mobile possibilités

 

Chaque action nécessite un coût en « foudre » (icône en forme de flash), un certain temps et apporte un gain (en étoiles). Le temps passe rapidement, au moins au début. Chaque petite action que j’ai pu faire comme parler avec un voisin ou effectuer une tâche spécifique au café où je travaillais, prenait moins de 5 secondes. Et quand je dis petite action, c’est vraiment petite. Elles sont toutes démultipliées, presque trop. Au café, il faut préparer un café (logique), nettoyer une table (pas toutes à la fois), parler à un(e) client(e), servir un autre café… Puis, par la suite, certaines actions plus conséquentes demanderont un peu plus de temps. Par contre, la limite du free-to-play, ce sont les petits flashs. Il n’y en a qu’un certain nombre par jour, et comme chaque action en dépense, il faudra soit attendre soit passer par la caisse pour continuer.

S’agissant d’un jeu assez addictif (comme beaucoup sur smartphone ces derniers temps), je me doute bien que bon nombre de joueurs ne voudront pas attendre pour continuer leur partie. Pour ma part, le jeu ayant planté avant la fin de mes flashs, je fus surtout frustrée à cause de ça, mais j’ai au moins eu un bon aperçu. En comptant la création du personnage, j’ai dû jouer une bonne demi-heure. J’y ai joué sur tablette, donc l’écran était suffisamment grand. A voir ce que ça donnera sur smartphone, les icônes des actions n’étant pas très grandes. Mais côté graphismes, il est plutôt bien réussi. Je pense que je le prendrai à sa sortie, sans payer, pour passer du temps pendant les moments creux.

 

 

Need for Speed Payback 

Need for speed payback

 

Quand j’ai reçu l’invitation pour EA, j’ai eu envie d’essayer ce nouveau Need For Speed. Malheureusement, il n’est pas du tout prévu sur Switch, mais cela faisait longtemps que je n’avais pas eu en main un opus de la série. Enfin, c’est vite dit. Car je suis complètement nulle aux jeux de course dès qu’on me sort de Mario Kart ou similaire comme Fast RMX. C’est donc Seb qui a pris la manette, et il s’est régalé.

Des courses, un mode campagne avec des cinématiques dignes de blockbusters aux graphismes très (trop ?) réalistes, des missions assez variées et pas faciles, le jeu semble proposer une très bonne expérience. La sensation de vitesse se faisait ressentir assez rapidement, les trajectoires devaient être bien prévues à l’avance pour ne pas se planter, et la voiture de manière générale a une bonne prise en main. Enfin ça c’est quand on sait déjà y jouer un peu du coup.

Parmi les missions qu’il a pu réaliser, j’ai pu voir la poursuite d’un camion avant qu’il n’arrive en ville, la démolition d’autres voitures qui essayaient de faire de même, ou encore une fuite pour essayer de semer d’autres voitures. Le tout avec des graphismes très beaux, et beaucoup d’effets spéciaux.

 

 

Battlefield 1: In the Name of the Tsar

Battlefield 1

 

Celui-ci, je ne pensais pas du tout le tester, il n’était même pas dans la liste des jeux disponibles lors de la prise de rendez-vous. Mais finalement ce fut possible, pour le grand bonheur de Seb qui adore ce genre de jeu (contrairement à moi vous avez dû le remarquer). Je n’en dirai donc que quelques mots, surtout son ressenti.

Il s’agissait d’un nouveau mode de jeu, une nouvelle extension, et c’était en coopération avec plusieurs personnes réparties sur le stand. Pour récupérer un drapeau à l’autre bout du terrain, il fallait faire preuve d’organisation, bien se parler et optimiser la stratégie. Il était également possible d’utiliser des véhicules (ce qui n’est à priori pas le cas habituellement). Un très bon moment sur le jeu qui lui a donné envie. Pour les graphismes par contre, pas d’évolution particulière.

 

 

Fe (Zoink Games)

FE banniere

 

Ce fut la surprise de la gamescom. Fe a été annoncé par Zoink Games sur Switch pendant l’événement, et le jeu était présent sur le stand presse d’EA. Ce fut uniquement sous la forme d’une présentation en groupe, mais c’était déjà beaucoup pour moi.

Il s’agit d’un jeu d’exploration, de découverte d’un monde dans lequel le joueur est immergé. Il n’y a pas d’indications, ce sera à nous de comprendre quoi faire et où aller. Le joueur contrôle un petit animal semblable à un renard, qui a la possibilité de chanter, et se trouve dans une forêt aux tons roses, mauves et aux éléments sombres. Quand il chante, la forêt lui répond, et il peut interagir avec la faune et/ou la flore. On a pu le voir se lier d’amitié avec un cerf, mais là encore, c’est le flou complet, et il faudra découvrir par la suite à quoi cette amitié va pouvoir nous servir. Dans cet exemple, le cerf qui se met à nous accompagner permet de faire ouvrir certaines fleurs géantes, les transformant en plateforme. Chaque être du jeu aura son propre langage. Et s’il peut communier avec notre petit renard, il n’empêche que ce sont des « langues » différentes. Elles sont symbolisées par un petit logo au-dessus de chacun d’entre eux quand ils communiquent.

 

Fe interaction

 

Si au début il ne sera possible que marcher, sauter et chanter, d’autres actions pourront être apprises par la suite, comme grimper aux arbres, grâce à des cristaux qu’il faudra chercher, et trouver. Là encore, pas d’indication sur leur emplacement. Et grande surprise, il n’y a pas du tout de carte. Ce sera vraiment de l’exploration pure et dure. C’est un petit peu ce qui me freine dans ce jeu, mais je reste très intriguée. Il est très beau, avec des graphismes particuliers comme peut nous proposer Zoink Games, mais avec une dimension particulièrement poétique. L’univers est assez monochrome, toujours dans les mêmes teintes, mais on se surprend à admirer le paysage de temps à autre. Et on se prend très vite d’affection pour le petit animal et les autres êtres vivants de cet univers.

Petit apparté sur la musique, qui est un élément clé de cette histoire sans paroles, et qui a été faite entièrement par l’un des membres de l’équipe. Un très beau travail ! Histoire à suivre début 2018…

Pour en savoir plus : Trailersite internet.

 

 

Bien que je n’attendais pas beaucoup du stand Electronic Arts, j’ai été agréablement surprise par l’annonce de Fe sur Switch et sa présentation. C’est un titre que je vais suivre d’un peu plus près, en attendant de me décider définitivement sur son achat. Pour le reste, NFS et Battlefield ne sont clairement pas pour moi mais ça change de voir un peu autre chose, même si au final je n’y ai pas vraiment joué. Il ne reste que les Sims mobile qui m’a bien plu et que je prendrai à sa sortie.

Il était également possible de tester FIFA 18 (mais hors de question pour moi), les Sims 4 et peut-être d’autres jeux, mais ce fut tout pour moi. Nous avons juste fait une halte dans la partie buvette qui était elle aussi très bien aménagée. Ils ont fait les choses en grand chez EA, même si les décors étaient bien moins grandioses que dans la partie publique (mais j’en reparlerai).

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

En live !
Absente
error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :