Hero Festival saison 4 - 2017

 

Le weekend des 11 et 12 novembre, les héros sont revenus à Marseille pour la 4ème année consécutive du Hero Festival. Une convention de plus en plus appréciée, à échelle humaine et surtout, dans une ambiance passionnée. C’est toujours un réel plaisir de m’y rendre, à défaut de pouvoir aller plus loin pour les autres éditions à Grenoble ou prochainement à Saint-Etienne.

Néanmoins, je dois reconnaître que le programme de cette année m’avait un peu refroidie, il m’attirait beaucoup moins. Mais ne serait-ce que pour l’ambiance et pour retrouver des amis, peu importait le programme pour moi. Donc qu’est-ce que ça a donné ?

 

 

Les multiples univers toujours présents

Ce qui fait l’âme et la particularité du Hero Festival, ce sont ses univers. Quel que soit votre secteur préféré, vous aurez de quoi passer un très bon moment. Voici quelques éléments que j’ai beaucoup aimé (ou parfois moins) pour chacun de ces univers.

 

Konoha

Si vous aimez les mangas et animés, Konoha sera parfait. Vous pouvez y retrouver de nombreux stands de goodies et d’objets de culture japonaise, des créateurs, ou des animations comme du dessin ou de la calligraphie. Et cette année, pour la première fois, un stand Glénat trônait au milieu de cet univers. Présent pour promouvoir la mangaka Van Rah (que je ne connaissais pas du tout), le stand était constitué d’une boutique cloisonnée, grande, très sobre (du moins au début du salon quand il n’y avait personne) et surtout très fournie en mangas, comics et figurines. Et juste à côté, de l’autre côté de l’allée, une grande exposition sur plusieurs oeuvres de la mangaka.

Sur la scène de cet univers, de nombreuses animations qui ont ravi les fans. Plusieurs sessions de karaoké (attention les oreilles si vous passiez dans le coin) avec un public très participatif, du Cosplay, des conférences sur le monde de doublage… Mais aussi et surtout, la présence de Bernard Minet pour des séances de dédicaces. Mais je reviendrai sur ce point un peu plus loin.

Pour moi c’est toujours un vrai plaisir de me retrouver dans cet univers. Celui pour lequel j’ai commencé à faire des conventions. bien sûr, on retrouve toujours les mêmes stands, mais il y a parfois (souvent) de bonnes surprises. Et si j’achète de moins en moins, j’y passe toujours beaucoup de temps.

 

Krypton

Vous êtes plutôt cinéma US, super-héros et comics ? Alors c’est à Krytpon qu’il faut vous rendre. Ici les libraires accueillent des auteurs de BD ou comics, pour des dédicaces hyper personnalisées. L’univers Star Wars a son propre village, avec décorations, tableaux, mais aussi combat de sabre laser et cosplays. Un peu plus loin, c’est Stargate qui ravit les fans avec des décors, des objets de la série culte ou d’autres cosplays.

Une scène similaire à Konoha était également présente au milieu de cet univers. Les animations étaient plus ciblées sur les séries et films, avec des défilés de cosplay sur le thème de Star Wars, mais aussi de Disney, des quizz et des conférences. C’est un univers qui m’attire personnellement moins, mais qui plait à beaucoup de monde. Les allées ne désemplissaient pas.

 

Brocéliande

L’univers Fantasy vous attire, vous voulez voir des créations steampunks ? Dirigez-vous donc vers Brocéliande. Situé dans le deuxième hall, cet univers très féerique me plait toujours beaucoup. On y retrouve des classiques, et surtout beaucoup de créateurs. Steampunk, pour des objets et des vêtements caractéristiques, mais aussi des créations en pierre, en fer forgé ou en bois. Tous les éléments sont représentés ici, et ceux qui aiment les belles créations s’y plaisent souvent. Il y règne une ambiance différente, encore plus amicale et joyeuse.

Toujours dans le même univers mais un peu plus loin, quelques expositions et voitures étaient présentées. La plus grande et remarquable d’entre elles étant probablement celle de Harry Potter, pour les 20 ans du célèbre sorcier. Tout d’abord avec la Ford Anglia, la voiture volante des Weasley. Puis avec une exposition sous forme de mini-labyrinthe sur le thème du sorcier. De nombreux objets cultes s’y retrouvent, costumes et décors compris. Un passage incontournable pour tout fan de la série. Un peu d’attente, mais ça passe vite, et ça vaut de coup ! Dans le même coin du hall, d’autres stands proposaient des décors sur le thème d’Harry Potter, avec notamment une reconstitution de la voie 9 ¾, ou un peu plus loin des décors en Playmobil.

Une autre exposition se trouvait juste à côté. Plus facilement visible avec ses grandes volutes de flammes (en tissu et lumière), et avec beaucoup moins d’attente, c’était l’entrée des Zoubliettes. Un petit labyrinthe qui se voulait légèrement effrayant, mais qui fut un petit peu décevant. J’ai beaucoup aimé le principe, l’entrée donnait beaucoup envie, mais une fois à l’intérieur, ce fut trop rapide et peu mémorable. Un décor entre Pirates des Caraïbes et une forêt hantée, ce labyrinthe restait trop lumineux à cause de l’absence de plafond sombre, et manquait cruellement d’une ambiance musicale digne de ce nom. L’ayant faite avant celle de Harry Potter, je fus moins déçue que certains, mais la différence de qualité est clairement notable.

Je ne mettrais toutefois pas trop de photos pour garder un peu l’effet de surprise si l’expérience est renouvelée (et améliorée je l’espère).

Le reste de l’univers était constitué d’autres expositions de voitures, avec la DeLorean de Retour vers le Futur, ou la Dodge Challenger, de la websérie du même nom, mais aussi un très grand espace réservé aux jeux de plateau. Et c’est plaisant de voir le monde qui venait tester des jeux en famille ou entre amis.

 

Ludopolis

L’univers des gamers arrive en dernier. Un des univers qui m’intéressait le plus, et qui m’avait beaucoup plu l’année dernière, c’est forcément Ludopolis. Un lieu de rassemblement entre les jeux vidéo dernière génération et les bornes de rétrogaming.

Mais commençons par Nintendo, le coeur du blog. Le stand de l’association Nintendo League réunissait plusieurs Switch et 3DS, avec un programme de tournois tout au long des 2 jours. Programme peut-être pas assez visible. Je ne suis malheureusement passée que rapidement sur le stand, rien ne m’y intéressait particulièrement. J’ai eu le regret par contre de voir les bornes 3DS délaissées, tout le monde préférant la Switch. Normal que la dernière née de Nintendo soit adulée, mais la portable a encore beaucoup à proposer…

Les autres plateformes étaient également présentes, forcément. Je n’y ai pas beaucoup prêté attention, les jeux ne m’intéressant pas spécialement, mais les espaces étaient souvent plein. Chez Sony, beaucoup de Fifa, et très peu d’autre chose… Pour Xbox, c’était PES, et j’ai aussi pu voir du Assassin’s Creed Origins, joué par des enfants malgré la jaquette avec le PEGI 18 juste au niveau de leurs yeux… Mais ceci est un autre débat. Tout le monde semblait bien s’amuser, c’est le principal.

Le rétrogaming avait lui aussi son espace. Enfin, ses espaces plutôt. Plusieurs stands proposaient différents jeux plus ou moins anciens, et je n’ai pas réussi à y accéder. j’aurais dû en profiter le matin pendant mon tour photos… Est-ce un regain d’intérêt, ou un manque de consoles sur place ? Peut-être un peu des deux, mais toujours est-il qu’il était difficile d’y accéder aux heures de pointe.

Et puis, je suis restée effarée devant un jeune homme sur un jeu musical très technique que je ne connaissais pas du tout.

On pouvait trouver d’autres stands sponsors ici et là, comme LDLC ou le Meltdown d’Aix, mais de même, toujours trop de monde pour m’y intéresser.

Par contre le gros défaut, c’était clairement l’absence des indépendants. L’année dernière j’avais pu y découvrir Splasher ou d’autres petites pépites, mais cette année il n’y avait aucun stand similaire. Je l’ai beaucoup regretté. Ludopolis attire de manière générale beaucoup de monde, mais n’est finalement pas très grand ni très intéressant, surtout en termes de découvertes. Il est bien sûr possible de jouer aux dernières sorties, mais pour celui qui cherche un peu à découvrir autre chose, c’est raté. Quand on se penche sur le plan plus en détail, on se rend compte que l’espace alloué n’est pas très grand, et que le nombre de stands disponible est assez restreint. Il y aurait pourtant beaucoup à proposer, que ce soit en animation ou en invités.

 

L’espace extérieur

Que ce soit pour aller d’un hall à l’autre, ou pour prendre une pause au frais, l’espace extérieur est un passage obligatoire. Sans compter bien sûr ceux qui y passent pour le plaisir de ces univers. On en décompte deux très différents.

Tout d’abord l’espace médiéval, un habitué du salon. Les stands sont ici construits à l’image d’autrefois, avec des tentes, du tissu et du bois. Et on y trouve des choses étonnantes. Des armes anciennes à une roulotte librairie, en passant par une ferme ou même des loups, tout y est !

La petite nouveauté de cette année, c’est la balade en licorne. Enfin, un cheval blanc cosplayé à l’aide d’une corne et de quelques fleurs. Idéal pour les enfants ou les fans du célèbre animal mystique. Nous avons pu le voir faire de nombreux tours tout au long du week-end, au milieu de la foule entre ces deux halls, mais je n’ai pas eu l’impression qu’il soit très heureux, ça m’a un peu attristée.

 

Hero Festival 2017 - balade licorne

 

Côté sortie, c’étaient deux expositions assez différentes qui se tenaient. Au niveau du premier hall, d’autres voitures légendaires étaient restées à l’extérieur, plutôt que de rejoindre la DeLorean et la Ford Anglia. Une reproduction de la voiture de K2000, Kitt, se tenait aux côté de Christine, la voiture tueuse de Stephen King. D’après le programme, Choupette devait se trouver quelque part mais je l’ai ratée…

Face au deuxième hall, c’était un campement de l’armée américaine qui était présenté, comme l’année dernière. Une exposition qui sort un peu du thème principal du salon, mais qui attire toujours beaucoup de monde.

Bien sûr, tous ces univers n’étaient pas complètement cloisonnés sur un seul hall ou un espace restreint, et on pouvait retrouver un peu de tout partout. Mais j’aime beaucoup cette disposition, qui permet à chacun de s’orienter plus facilement dans une partie du salon préférentiellement. Certains placements pouvaient également sembler discutables, mais il n’est pas évident de tout caser comme il faut vu le nombre de stands. Un regret sur Ludopolis, plus petit et bien moins fourni que d’habitude…

 

 

Des invités moins prestigieux ?

De manière générale, le Hero Festival compte 2 ou 3 invités de prestige. Et comme je le mentionnais en introduction, à la lecture du programme j’avais été un peu déçue. Encore un acteur de Games of Throne pour la troisième fois consécutive, ce qui ravit les fans de la licence, mais ce n’est pas mon cas. Carice Van Houten, alias Mélisandre la prêtresse rouge, était donc présente (le dimanche uniquement) pour des séances photos et dédicaces, ainsi qu’une conférence où elle a révélé tout connaître de la suite de la série, mais sans en dire un seul mot bien évidemment !

 

Hero Festival 2017 - Carice VAN HOUTEN

 

Les autres « invités de prestige » étaient Bernard Minet et Joueur du Grenier. Et c’est là que j’ai un peu tiqué. Faisant régulièrement des conventions et les voyant presque à chaque fois, j’ai dû mal à les mettre au même plan qu’un acteur ou un mangaka qu’on ne voit que très rarement. Bien sûr, ce sont de grands noms chacun dans leurs domaines, et les files d’attente pour les séances de dédicaces étaient extrêmement longues. Un point négatif d’ailleurs sur la gestion des files d’attente. Pour Joueur du Grenier, il fallait être là tôt le matin pour récupérer des tickets, donc faire une première fois la queue, puis revenir en étant exactement le nombre de personne notées sur le ticket, et refaire la queue. Moi qui était prise pour une animation à l’autre bout du salon, j’ai dû retarder tout notre petit groupe car il leur était impossible de commencer la file sans moi. Je me doute que ce n’est pas évident à gérer, mais j’étais prête à annuler ma dédicace, et même avec ça ils ne voulaient pas les laisser passer. Un bon moment quand même passé lors de la dédicace, même si ce fut rapide.

Pour Bernard Minet, la gestion était également discutable, voire même encore plus. Il n’y avait pas de stand dédié, la scène Konoha était aménagée pour lui à son créneau horaire, juste après d’autres animations. C’était bien pour la visibilité, mais une catastrophe côté gestion. Les gens ne sont pas très disciplinés dans ces cas-là, et il n’y avait pas de barrière pour délimiter une zone d’attente. Donc tous ceux qui souhaitaient une dédicace s’étaient accumulés autour de la scène, et quand les consignes sont arrivées (oralement, pas très distinctement), une masse de foule s’est déplacée devant ceux qui étaient au final bien positionnés, par chance. Je faisais partie de ceux-là. je n’étais pas très loin du début de la file, mais après un coin de la scène. Et au niveau de ce virage, de nombreuses personnes arrivaient en continu de tous les côtés. Autant dire qu’à mon niveau, nous n’avancions donc pas du tout… J’ai laissé tomber et je suis revenue le lendemain, ayant compris comment ça allait se passer, et j’ai pu avoir ma dédicace assez rapidement, fort heureusement ! Ce fut très court, mais j’ai et droit à un joli support pour la dédicace, et une photo posée.

Un gros point positif en revanche, c’est qu’à part pour l’actrice US, toutes les dédicaces étaient gratuites, et peu de conventions peuvent en dire autant pour leurs invités en tête d’affiche ! D’autant plus qu’il n’y avait pas que ceux que je viens de citer. Parmi les autres invités, la mangaka Van Rah, de nombreux YouTubeurs (dont je ne me suis pas préoccupée, donc je ne pourrais vous lister leurs noms), l’illustrateur officiel de l’affiche du Hero Festival Jerôme Alquié, de nombreux auteurs Comics, BD dans les stands littéraires, ou encore Kayane et Dina pour la partie jeux vidéo. En relisant le programme, je me suis rendue compte que j’en avais oublié encore pas mal, il fallait bien tout préparer à l’avance.

 

 

Une programmation chargée et parallèle

Le reste du programme était relativement bien chargé. Trop même, comme souvent. Le nombre de scènes disponibles permet une programmation riche avec plusieurs activités en simultané. Mais le gros risque, c’est de devoir se partager entre les scènes pour voir un maximum de choses. Malheureusement, la majorité des conférences ou animations auxquelles je voulais assister étaient en parallèle, et j’ai dû faire des choix.

Parmi les conférences, j’ai choisi celle sur les héros dans le jeu vidéo. Très intéressante, j’ai surtout appris que je n’étais pas la seule à aimer Wario ! Pour le reste, il y en avait pour tous les goûts, entre les comédiens de doublage, l’anniversaire de One Piece, les questions et réponses des invités… Mais peut-être pas assez à mon goût, surtout du point du vue culture générale sur les différentes univers.

Hero Festival 2017 - conférence Heros

 

Si ce sont plutôt les spectacles et danses qui vous intéressent, vous étiez gâtés par contre. Cette année, ils furent très nombreux. Je n’ai pas pu en voir, mais je peux mentionner la K-Pop, des combats de sabre laser, mais aussi la comédie musicale « Alice, l’illusion d’un rêve » et une danse avec une robe géante, la Fée Morgane. J’ai surtout regretté de ne pas avoir assisté à ce dernier spectacle, mais j’ai eu l’occasion de les croiser dans les allées, et c’était déjà très beau. Merci à elles pour la pose !

 

Hero Festival 2017 - robe géante

 

Et puis il y avait les grands classiques avec des quizz sur les différents thèmes des univers, des karaokés, des blind tests… J’ai participé aux deux qui ont été faits le samedi et le dimanche, et j’ai beaucoup aimé leur organisation. Celui du samedi soir était sur le thème du rétrogaming, mais sur la scène de Ludopolis proche du concert de Bernard Minet, ce n’était pas le plus pratique. C’était seulement pour le fun et chacun pouvait participer, et on s’est beaucoup amusés. Le dimanche, il s’agissait d’un blind test sur les musiques de film, sur la grande scène, avec une grande organisation et une sélection plus drastique. Pas facile du tout, mais j’ai beaucoup aimé également, en restant dans le public.

Sans oublier aussi les concours de cosplay et défilés sur plusieurs thèmes, comme les hommages aux Harley Quinn, ou aux princesses Disney. Les scènes étaient malheureusement un peu trop petites pour bien en profiter, au vu du monde aux alentours et l’absence de sièges.

 

 

Toujours une aussi bonne ambiance

Le grand point positif du Hero Festival, ça reste son ambiance. On sent que le salon est tenu par des passionnés, mais aussi et surtout que les visiteurs le sont ! Malgré le monde, les files d’attente, le manque de place autour des scènes, les personnes restent toujours courtoises et de bonne humeur. J’ai tout de même entendu ici et là des mécontents sur le pass adamantium qui n’offrait finalement pas assez d’avantages pour le prix. Mais en dehors de ça, les visiteurs étaient généralement heureux d’être sur place.

Je voulais aussi finir sur quelques photos de Cosplay qu’on pouvait trouver dans les allées. Comme toujours, ils étaient nombreux et de très bonne qualité. Ce ne sont là qu’un tout petit échantillon de ce qui pouvait être aperçu dans le salon, et sur scène. Un grand espace leur avait même été alloué pour se préparer et se changer dans les meilleures conditions.

 

J’en avais un peu peur à la lecture du programme, et je dois reconnaître que cette saison 4 a un peu perdu en qualité par rapport aux années précédentes. Pour moi, mais aussi pour beaucoup d’autres, de ce que j’ai pu entendre. Mais au vu du sondage réalisé par les organisateurs, je ne doute pas que nos commentaires seront pris en compte pour les prochaines éditions, et c’est très appréciable de se sentir écoutés pour permettre une meilleure expérience.

Toujours est-il que le week-end fut tout de même excellent. L’ambiance générale est toujours aussi bonne. On ressent la passion des organisateurs, des exposants, des invités et des visiteurs. J’ai passé de très bons moments, que ce soit en parcourant les allées, en discutant à droite à gauche ou pendant les quelques animations auxquelles j’ai assisté.

Plus qu’à attendre la prochaine édition, les 10 et 11 novembre 2018. Pour la cinquième année, c’est une édition « anniversaire » qui se prépare à Marseille, et j’ai hâte de voir ce que les organisateurs vont nous proposer.

 

Vous pouvez voir toutes les photos du week-end sur l’album photo de la page Facebook. Vous pouvez y accéder même si vous n’êtes pas connectés au réseau social. Et si vous l’êtes, n’hésitez pas à réagir, commenter, et identifier ceux que vous reconnaissez.

 

Hero Festival 2017 - à suivre...

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

En live !
Absente
error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :