Unboxing Switch - Interface

 

Maintenant que la console a bien été déballée et que j’ai pu y jouer quelques heures, je voudrais vous dire un peu plus ce que j’en pense. Parce que oui elle est très belle, petite, légère… mais qu’en est-il une fois en main ? Est-elle agréable à jouer, comment se passe la navigation dans les menus… Je vais tenter de répondre aux questions que vous auriez pu vous poser (ou pas)!

 

 

 

Le premier allumage 

Un autre des moments les plus attendus quand on achète une nouvelle console, après sa sortie de la boîte, c’est la toute première fois où on va l’allumer. Il était déjà possible de trouver sur les réseaux diverses images de l’interface, mais beaucoup moins du paramétrage initial (et dans tous les cas je me refusais à les regarder). Et la première chose qui m’a marqué lors de l’allumage de la console, ce fut sa réactivité et la fluidité de l’écran. Aucun temps de réaction, un écran clair, lumineux et blanc (presque trop), c’était beau!

Le paramétrage en lui-même est très rapide : la langue, un pseudo et un avatar et le tour est joué! Ce n’est que plus tard qu’il faudra associer notre compte Nintendo si l’on souhaite accéder à l’eShop ou aux bonus MyNintendo par exemple… Une fois cela fait, on se retrouve directement sur l’écran d’accueil. Au centre sont présentes des grandes cases qui se rempliront avec les jeux téléchargés ou en cartouche. En haut de gauche à droite ce sont les profils utilisateurs, le contrôle parental (activé ou désactivé), l’heure, le réseau et la batterie. En bas, sous les cases, en logos et couleurs, les différents menus sont affichés et ne demandent qu’à être sélectionnés. Enfin, tout en dessous, il y a quelques indications, rien de sélectionnable, mais l’affichage de la manette en cours d’utilisation (1 ou 2 Joy Con, tablette, Pro Controller…), et les boutons à appuyer pour démarrer un jeu, valider une sélection, ouvrir les options…

Pour nous accueillir, le menu des nouvelles nous montre très rapidement les réponses aux questions que le joueur pourrait se poser. Celles qui m’ont le plus intéressée pour commencer : le partage d’images et l’emplacement de la carte microSD.

 

Switch Interface Menu des nouvelles

 

 

Un menu très (trop) sobre

Le menu de la Nintendo Switch est d’une simplicité enfantine. Les jeux sont accessibles de suite, de même que le profil utilisateur avec la liste des amis, ou encore les différents menus. Que ce soit en version portable avec la tablette tactile dans les mains, ou avec l’utilisation des Joy Cons, chaque icône est atteinte très facilement, et il n’y a pas 46 sous-menus pour accéder à une information.

Pourtant, cette simplicité est un peu trop poussée à son extrême, et le menu blanc monochrome, additionné de quelques icônes de couleur, n’est pas très joyeux. Quand on compare avec la 3DS et son menu personnalisable presque à l’infini (thèmes, couleurs, position et taille des jeux…), on se dit qu’il y a comme un fossé! Nintendo a-t-il vraiment voulu marquer autant la différence entre ses générations ? Peut-être, mais personnellement je trouve cela un peu regrettable. Toutefois, en allant dans les paramètres, on aperçoit une option « thèmes« . Joie ! Qu’allons-nous pouvoir y trouver, et comment personnaliser le menu de sa Switch ? En fait, rien de très folichon, Nintendo nous permet tout juste de changer le blanc en noir, pour un thème plus sombre, peut-être moins agressif pour les yeux lorsque la luminosité est trop forte.

 

 

Si on regarde ce qu’il se passe du côté de l’eShop, c’est à peu près pareil. Terminé le menu fourre-tout de la 3DS ou de la Wii U, avec des options de tous les côtés, des démos, des promos, des récents, des futurs titres, des bons plans, des jeux uniquement téléchargeables… Ici, il n’y a que 3 possibilités, avec les sorties récentes, les titres bientôt disponibles, et la possibilité d’enregistrer un code. C’est tout, et c’est bien suffisant, au moins pour le moment tant qu’il n’y a pas trop de jeux à rechercher. La liste est effectivement assez maigre au lancement de la console mais dispose tout de même d’une petite vingtaine de jeux, donc certains Néo-Géo. Il est bien sur possible de trouver un titre à l’aide de la recherche, mais le résultat visuel est beaucoup plus léger. J’apprécie particulièrement la possibilité d’entrer un code de suite, je trouvais que c’était bien plus complexe pour y arriver sur la 3DS.

En haut à droite de la page eShop, notre petit avatar nous invite à aller voir les paramètres, où il sera possible de fusionner le compte avec les autres consoles 3DS et Wii U, afin de bénéficier de nos fonds restants, d’associer ou de dissocier notre compte ou de faire quelques modifications.

 

Nintendo Switch - eShop

Malheureusement, pas de capture d’écran possible ici…

 

 

L’ajout d’amis simplifié ?

Il y a quelques temps, nous étions nombreux à nous hâter de « réserver » un identifiant utilisateur sur notre compte Nintendo. Ce nouveau pseudo était différent de notre Mii, notre Nintendo Network, Miiverse, et j’en passe… Mais finalement, la Switch fonctionne à nouveau à l’aide de codes ami, un système qui n’était pas très pratique sur 3DS et qui avait disparu sur Wii U. Le plus étonnant, c’est que ce code ami peut être modifié un mois après l’allumage de la console, mais je ne sais pas les impacts que cela pourra avoir sur notre liste d’amis…

Il faudra donc (encore) retenir un code à 12 chiffres pour ajouter des gens sur la Switch? Oui et non, car ce n’est pas la seule solution ! Ceux qui ont eu la bonne idée de télécharger les logiciels pour smartphone comme Miitomo, Super Mario Run ou Fire Emblem Heroes pourront se voir proposer plusieurs suggestions issues des amis sur lesdits logiciels. Il est également possible d’ajouter des amis par la connexion locale ou si on a déjà joué avec celui qu’on veut ajouter. Les liaisons avec les réseaux sociaux étant facilitées, et un nouveau pseudo ayant été réservé, il est néanmoins possible que Nintendo nous permette par la suite d’autres biais d’ajouts, ce qui serait fortement souhaité!

 

 

 

Les petits détails qui font plaisir

Comme sur les précédentes consoles, un petit point de couleur nous permet de reconnaître quand une notification nous attend, que ce soit sur notre profil utilisateur ou dans les nouvelles. Et comme il n’y a pas de sélection d’utilisateur au lancement de la console mais à chaque jeu ou option, cette couleur change pour différencier les profils. Sur notre avatar en haut dans l’écran de menu, le nombre d’amis en ligne est affiché, et ce point apparaît quand une demande d’ami a été reçue.

Par ailleurs, quand on lance un jeu, le nombre d’amis en ligne et de demandes d’amis est affiché un court instant en haut de l’écran, au cas où on aurait pas fait attention juste avant (option paramétrable) ! Dans le menu des nouvelles, chaque information non lue est également épinglée par ce petit point de couleur (bleu pour ma part). Mais cette caractéristique ne me semble pas très fiable, il y a beaucoup de news que je n’ai pas lues et qui n’ont pas ce point.

D’ailleurs, je ne peux que vous conseiller d’aller en lire quelques-unes de temps en temps, elles sont rédigées avec un humour certain! Soit Léa, celle qui s’en est chargée, pensait que personne n’irait voir, soit elle a vraiment voulu changer un peu le ton donné aux instructions et autres informations! Je vous laisse avec 2 d’entres elles, pour le menu des nouvelles, et pour la carte microSD.

 

Switch Interface - Les nouvelles

Mais à quoi peuvent bien servir les nouvelles ??!

 

Un autre détail qui me plait beaucoup, c’est le son joué quand on va sur notre profil. On dirait un petit oiseau qui chante en deux temps, (un premier quand on sélectionne l’avatar et un deuxième quand la page s’affiche). Il est assez discret mais très sympathique et a tendance à me faire sourire à chaque fois ! Et puis quand vous n’êtes pas sur un jeu, en bas à gauche se trouve la configuration de votre manette. Que ce soit en mode tablette, avec les 2 Joy Con (accrochés ou non sur le Grip), ou un seul, la console le détecte et vous l’affiche. Généralement, on sait ce qu’on a dans les mains, mais c’est aussi un petit détail de finition qui s’apprécie.

Ce paragraphe résume un peu tout se qui peut faire la différence, et qui permet dès le début de s’attacher à notre nouvelle console.

 

 

Les captures d’écran

Une des nouveautés qui arrivent avec la Switch, c’est l’apparition du bouton de capture directement sur la manette (le Joy-Con gauche pour être plus précise). Pour le moment il n’y a que des images qui peuvent être enregistrées, mais il semblerait que l’enregistrement de vidéos puisse arriver lors d’une future mise à jour, j’ai hâte! Cela permettra de montrer quelques secondes de gameplay, beaucoup plus pratique pour illustrer un jeu. Par contre, c’est aussi la disparition du Miiverse par la même occasion, qui reste pour le moment actif sur les autres consoles.

Les images ainsi capturées se retrouvent directement dans l’album, accessible depuis le menu, très facilement. Il est ensuite possible de les publier sur les réseaux sociaux (Facebook et/ou Twitter), et même de les annoter avant. L’ajout de texte est de plus personnalisable, en taille, en couleur et en angle! De quoi exprimer sa joie sans avoir à rajouter quoique ce soit ensuite dans le texte qui va avec l’image. La gestion de ces images est également très simple, il est possible de les filtrer directement par jeu, et les copier sur la mémoire de la carte microSD ou de la console.

Le plus agréable dans tout ça, c’est la rapidité avec laquelle la capture puis l’envoi se font! Quand on pense au Miiverse, à la lenteur du chargement pour arriver sur le menu, puis celui de l’envoi du message avec l’image, ce n’est plus du tout le même monde! C’est sur qu’on perd un réseau social spécifique à Nintendo, mais pour ma part, je ne l’utilisais plus que pour conserver des images pour illustrer mes articles par exemple, mais pas vraiment pour communiquer… Les images pouvant être enregistrées sur la carte microSD, il est facile de l’enlever (une fois la console véritablement éteinte) pour toutes les récupérer immédiatement. Pas de tri possible par jeu par contre dans ce cas, elles sont rangées par date (année/mois/jour).

 

 

Le lancement des jeux

Et si on en venait au principal pour une console, les jeux ? Je ne viendrai pas parler ici de chaque jeu testé, mais juste de la réactivité avec laquelle les jeux se lancent, la facilité de passer de l’un à l’autre, et des multiples possibilités. Bon en fait ce sera rapide, parce que j’ai déjà à peu près tout dit. Le menu est très simple, et les jeux dématérialisés se lancent immédiatement, et surtout, très rapidement ! De même quand ils sont au format cartouche bien sûr, à condition qu’elle soit insérée. Je dis ça parce que même enlevée, le logo du jeu reste affiché sur le menu, donc je me suis posée la question de la possibilité d’y jouer sans. Mais non, bien évidemment, ça aurait été trop beau (et vive les reventes de jeu…).

Par ailleurs, quand on regarde les emplacements pour les jeux, on n’en dénombre que 12. Pourtant, il est fort probable que les joueurs posséderont plus que 12 malheureux jeux au cours de la vie de la console! Donc à voir comment cela pourra évoluer dans le temps, mais je pense que nous devrions avoir des mises à jour très prochainement pour modifier ce nombre, peut-être la taille des logos (un peu comme sur 3DS mais), et surtout cet aspect strict du menu de la console!

 

Avant que le jeu ne se lance, il faut simplement choisir l’utilisateur si jamais il y en a plusieurs de créés sur la console, et ce à chaque fois. C’est assez casse-pieds, mais la console n’étant plus zonée, il est ainsi possible d’enregistrer un compte japonais pour télécharger les jeux et démo disponibles sur l’eShop JP, puis y jouer avec un compte français. Bon, par contre, les jeux sont du coup en japonais, pas très pratique quand on ne le lit pas, mais permet au moins de tester quelques démos. J’ai ainsi pu tester Puyo Puyo Tetris et Dragon Quest Heroes. Pour le premier, pas besoin de lire le japonais, sauf pour le menu principal, mais pour le deuxième, c’est tout de même bien nécessaire, mais j’ai pu me balader dans les zones accessibles et faire quelques combats.

 

 

Je voudrais toutefois bien alerter sur un point ! Avant de changer de jeu, il faut bien penser à quitter le précédent. C’est peut-être évident pour certains, mais j’avais la (mauvaise) habitude de ne pas le faire sur 3DS. La console se chargeait de quitter le jeu en cours avant de lancer le précédent, mais sur la Switch, la seule fois où j’ai fait ça, la console a complètement planté et ne voulait plus rien savoir… Je me suis sentie très seule, d’autant plus qu’à priori, il n’y a pas de bouton reset sur la console, et si on coupe l’alimentation du dock, c’est la tablette qui prend le relais (un bon point en cas de coupure de courant inopiné cela-dit) ! Donc à moins de vider la batterie, je ne savais pas trop quoi faire… En cherchant un peu, j’ai trouvé qu’en restant appuyé 10 secondes (c’est long!) sur le bouton power, la console redémarrait, et mon problème fut réglé. Mais j’ai eu droit à une belle frayeur quand même…

 

D’ailleurs, puise que j’en parle, ce bouton power est utilisé de manière assez différente par rapport à ce que j’ai l’habitude de voir. Appuyer rapidement dessus ne fera que mettre la console en veille, et ne l’éteindra pas réellement. Dans ce mode, la console peut être rallumée soit en rappuyant dessus, soit avec les manettes. Dans ce cas, il y a un système de verrouillage de l’écran qui demande à ce qu’on appuie 3 fois sur le même bouton pour le quitter (mais c’est désactivable). Pour réellement éteindre la console, il faut rester appuyé plusieurs secondes, et l’écran affichera les différentes options, à savoir mettre en veille, redémarrer ou éteindre. Alors oui, la veille ne consomme pas grand chose, mais un petit peu quand même, et si on sort la tablette du dock dans cet état, elle s’allumera automatiquement, ce qui n’est pas forcément le but (si on veut sortir la carte microSD par exemple).

 

Switch Interface - Sortie de veille

 

 

Comment jouer ?

Non, je ne vais pas vous faire une leçon sur comment on joue à un jeu vidéo, ou comment on tient une manette dans les mains… Je veux surtout dire par là qu’à chaque jeu, on peut se poser la question de la configuration des manettes. Et elle se pose même en fonction du moment, des gens avec qui on joue, du lieu… Il y a tant de possibilités qu’il est difficile de toutes les tester à chaque fois.

Pour ma part, je suis restée sur un classique dans un premier temps, avec les Joy-Con accrochés au Grip, en manette « normale ». Et j’adore! Cette configuration me plait beaucoup, et elle a une super prise en main. Et puis pour un peu spécifique, VOEZ, j’ai dû sortir la tablette de son dock et jouer en mode portable, le jeu étant entièrement tactile. Alors oui, avec les Joy-Con sur le côté, elle est assez imposante, mais selon les jeux ça passe très bien. Pour naviguer dans le menu, à l’inverse, j’apprécie un peu plus d’avoir les Joy Con séparés, un dans chaque main. J’ai l’impression de ne presque rien avoir dans les mains et leur utilisation est très naturelle. D’ailleurs lors du paramétrage et de mes premiers téléchargements de jeux, je me suis même mise en mode « sur table », pendant que je regardais la télé en parallèle. Très pratique au final !

Petit détail qui fâche un peu par contre, j’ai rencontré quelques soucis avec mon Joy Con gauche, et je ne suis pas la seule semble-t-il ! Cela ne me l’a pas fait souvent, mais il semble soit se déconnecter un très court instant, soit faire un peu ce qu’il veut. C’est ainsi que j’ai eu du mal à déplacer mon personnage dans Bomberman, ou alors je le voyais tourner en rond sans que je touche à quoique ce soit… Quelques conseils parlent de déconnecter la manette et la reconnecter, j’essaierai quand ça me le refera.

 

Par contre, là où je voulais aussi en venir, c’est le multijoueur. Je crois que je n’ai jamais autant apprécié une soirée gaming qu’avec la Switch ! Il y a des jeux de choix, c’est déjà une chose, mais la convivialité de la console est énorme ! D’autant plus qu’avec seulement 2 manettes complètes (Joy-Con gauche et droit), on peut jouer à 4 au final. Et il n’est pas nécessaire d’être pile en face de sa télé ou du capteur, les Joy Con restent très réactifs et précis quelle que soit notre position (mais je n’ai pas testé très loin du dock pour autant). Les jeux comme 1-2 Switch, Super Bomberman R ou Snipperclips sont parfaits pour ces moments-là, et l’expérience était vraiment géniale !

Et quoi de mieux quand on va à un repas de famille, chez des amis, ou même au bureau pour la pause du midi, que de se dire qu’on peut amener notre console en mode portable et y jouer avec tout le monde !

 

Unboxing Switch - Mode sur table

 

 

Je pense que vous l’aurez compris, j’adore déjà mon nouveau jouet ! Et je ne parle ici que de la console en elle-même, pas des jeux, et je n’ai pas encore commencé à jouer à Zelda. Quand j’avais essayé la console à Paris, nous n’avions pas pu avoir accès au menu principal pour se faire une idée de l’interface. Alors oui, elle est trop sobre et manque cruellement de personnalisation, mais je suis sûre que cela devrait arriver prochainement.

Les possibilités que la console nous offre, les différents modes de jeu, les captures d’images facilitées, le dézonage… montrent que Nintendo a essayé de nous écouter, et pour certains points ont plutôt bien réussi et nous ont même agréablement surpris. Il y aura toujours des choses à améliorer, mais c’est tout de même une excellente nouveauté, et les chiffres le montrent bien ! Il s’agit quand même du plus gros lancement de console sur le marché du jeu vidéo français toutes plateformes confondues ! Merci Nintendo !!

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :