C’est reparti pour une nouvelle année de TFGA (Top Five Game Addict), et pour initier cette nouvelle saison, Alex nous renvoie déjà en arrière avec un thème déjà abordé dans les réseaux sociaux, donc sans grande surprise, « C’était mieux avant ». Mais qu’est-ce qui était mieux ? Les consoles, les manettes, les jeux, les joueurs, le système ? Ou encore tout ça en même temps ? Oups, je crois que je viens de finir mes Top 5 en fait ! Je vous laisse ici, et au mois prochain pour le TFGA 14…


Vous y avez cru ? Quand même ! Je ne suis pas une habituée des articles express, même si parfois j’aimerai bien. On va faire mieux que ça, et je vais même devoir me restreindre un peu, parce que je pourrai faire un Top 5 de chaque catégorie mentionnée plus haut, et bien plus encore ! Il faut dire qu’il y a une quantité incroyable de manières d’aborder le sujet. Et si vous avez le courage de lire jusqu’au bout, je vous réserve même quelques petites surprises à la fin ! Mais si vous le voulez bien, commençons à voir pourquoi c’était mieux avant…


#5. L’histoire plutôt que le graphisme 

Parce qu’avant, les jeux étaient en 2D, avec des personnages parfois beaucoup trop pixelisés, mais ce n’était pas un problème ! L’histoire et le gameplay étaient travaillés pour que le joueur prenne plaisir à jouer et veuille continuer, malgré des images parfois dégueulasses. Petit Mario était à peine reconnaissable, mais quelle joie de le voir battre Bowser à la fin de chaque monde !
Maintenant c’est presque le contraire… Des images toujours plus réalistes, mais avec des bugs et le reste du jeu parfois mis de côté. Pour les Xièmes opus d’une saga (Mario, Zelda, Donkey Kong…), c’est un peu différent car l’histoire et le gameplay de base sont nés il y a longtemps, et les graphismes ont juste évolué pour se mettre à jour. Mais pour des nouvelles licences, la question peut parfois se poser.

#4. De vrais collectors

 

Parce qu’avant, avoir un collector voulait vraiment dire quelque chose. Que ce soit un jeu, une manette ou une console, il n’y en avait pas tous les matins pour une même génération, et c’était dans des quantités réduites. On pouvait donc être fier d’avoir pu en acquérir un et on en prenait soin.
Personnellement, je n’ai pas eu cette chance, mais c’est surtout parce que j’étais trop jeune pour penser à ce genre de chose. Tout ce qui m’intéressait, c’était le jeu en lui-même. Je ne me suis mise aux collectors qu’à partir de la 3DS, mon portefeuille m’en remercie.

#3. Super Mario World

Parce qu’avant, il y avait Super Mario World sur la Super Nintendo!
Un de mes jeux vidéo préférés, si ce n’est LE jeu que je préfère parmi tous, que je prends toujours plaisir à faire et refaire, et que j’ai repris sur la Wii quand il est sorti sur la console virtuelle. Je voulais le mettre en Number 1 mais comme je le mets de manière totalement arbitraire et très peu argumentée, il arrive en 3ème position, ce qui n’est pas si mal!
Ce jeu a bercé mon enfance, j’y ai passé des journées entières dessus, à trouver le moindre passage secret, à le finir de fond en comble, et rien que d’en parler j’ai envie d’y rejouer!  Que vous dire de plus? Des jeux comme ça, qu’on peut/veux refaire à souhait, on en fait plus ou presque…

#2. La rançon de la gloire

Parce qu’avant, avoir fini un jeu signifiait beaucoup de choses :
– que l’on avait laissé la console allumée pendant des heures, voire des jours pour arriver jusqu’au bout en l’absence de sauvegarde,
– que l’on avait enfin réussi à sauter ce trou dans lequel on était tombé 50 fois sans jamais y parvenir, sans pour autant qu’une aide automatique nous dépose juste après au bout de 3 échecs,
– que l’on avait réfléchi et essayé plusieurs possibilités pour sortir du donjon par soi-même,
– que l’on avait suffisamment monté notre personnage en niveau pour qu’il affronte le boss final.

Je me souviens des premiers Donkey Kong Country, notamment avec les niveaux sur les rails, que je devais refaire un certain nombre de fois pour en voir le bout car je ne sautais jamais au bon moment, alors que dans les versions plus récentes, au bout de 4 ou 5 fois, une aide nous est proposée.

 Combien de fois j’ai laissé mes consoles NES ou SNES allumée une après-midi entière pendant que j’avais un rendez-vous chez le médecin, des devoirs à faire ou autre, parce que je voulais absolument finir ma partie! Le jeu qui m’a le plus marqué dans ce cas-là, c’est Jurassic Park sur SNES, que j’adorais mais que j’avais du mal à finir. Alors le jour où j’avais bien avancé mais que je devais sortir, j’ai laissé la console allumée en douce, et je m’y suis remise plus tard.
Maintenant, trop d’aides nous sont proposées pour qu’on puisse finir un jeu sans être frustré. Car c’est bien connu, la génération de maintenant aime que tout lui soit servi sur un plateau.

Un enfant frustré est un client perdu car il ne voudra plus jouer à ce jeu « débile », donc le système d’aujourd’hui a rendu le tout beaucoup plus facile. Par moment, le jeu n’en devient qu’une « perte de temps », où on avance dans un jeu, on le finit et on passe à autre chose sans réfléchir.

#1. L’insouciance du jeune gamer

Parce qu’avant, j’étais jeune (et rien que ça devrait vous suffire) !
Je regrette l’époque de mes débuts dans le monde du jeu vidéo. Je n’achetais pas mes jeux, on me les offrait. C’est d’ailleurs parce que ma mère a décidé de m’offrir la NES puis la GameBoy que je me suis mise à jouer et à aimer ça. Elle aurait pu avoir une autre idée et je n’aurais connu les jeux vidéo que bien plus tard, voire (horreur) pas du tout !
Je ne travaillais pas donc j’avais du temps libre, malgré les devoirs.  Je pouvais passer du temps le soir à des heures raisonnables, les mercredi après-midi, les week-end… Les tâches quotidiennes qu‘on pouvait m’attribuer n’étaient pas les plus longues, donc je pouvais rapidement retourner à ma partie en pause.  Et en tant que fille unique, personne pour me piquer ma partie en cours le temps d’aller aux toilettes !
Maintenant, je suis grande et je fais ce que je veux, je travaille mais je n’ai plus d’argent pour me payer jeux et consoles, et plus de temps pour jouer ! Encore que l’absence d’enfants à s’occuper, me laisse du temps pour moi de temps en temps pour une petite partie, mais l’époque des grandes vacances passées à ne rien faire est révolu, malheureusement ! Par contre, entre mes ressources et le système de maintenant, j’ai plus facilement accès aux informations qui me permettent de savoir qu’un jeu va sortir (mais aussi et que je n’ai pas les moyens de me le prendre…).

Bon, cet air de nostalgie n’est pas bon du tout, et comme je suis du genre toujours voir le bon côté des choses, j’ai finalement eu du mal à faire ce top. Car même si j’ai moi-même tendance à dire facilement que c’était mieux avant, quand je me penche vraiment sur la question, je me dis qu’on trouve beaucoup de bonnes choses aujourd’hui également. Du coup, une fois n’est pas coutume, je déroge à la règle du TFGA en proposant un autre petit Top 5 qui collera bien, en espérant que je ne devance pas notre cher Alex (s’il avait prévu de le faire une autre fois).

« C’est mieux maintenant, le changement a du bon »

Parce que même si on est nostalgique et que nous avons grandi avec les consoles maintenant rétro, que le système d’avant nous convenait très bien, il faut reconnaître que l’évolution dans le monde du jeu vidéo a aussi ses avantages, donc pourquoi ne rester que dans le passé. Essayons de voir ce qu’il y a eu de bon avec le progrès.

#5. Pour tous les goûts

Parce que maintenant, des DLC apportent une expérience supplémentaire au joueur.  Bonne chose ou pas, cela dépend des jeux et du ressenti des joueurs. Quand il s’agit d’un contenu important à prix élevé, je suis plutôt contre, mais quand il s’agit d’un petit plus de personnalisation de personnage, d’un niveau supplémentaire ou autre, comme on a pu le voir pour Smash Bros ou Mario Kart, moi je dis pourquoi pas ! Vouloir faire les courses avec Marie d’Animal Crossing, ou combattre dans le niveau  de Docteur Mario dans Smash Bros, ça ne plait pas forcément à tout le monde, mais certains en sont ravis, donc autant laisser le choix à chacun de décider s’il le veut ou non, plutôt que de l’intégrer dans le jeu de base et de le faire payer plus cher (je précise que je ne suis pas certaine que les exemples proposés soient pertinents en termes de DLC ou mise à jour, gratuit ou payant…) .

#4. « Arrête ton jeu et vient manger »

Parce que maintenant, on peut sauvegarder un jeu à peu près n’importe quand. C’est vrai que devoir finir un jeu d’une traite pouvait faire sa force, mais ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir passer plusieurs heures d’affilée sur un jeu, et nous ne sommes pas tous comme ce japonais qui a laissé sa SNES allumée pendant 20 ans pour finir sa partie (en 20 ans j’ai déménagé un certain nombre de fois donc ça n’aurait pas été possible…).
Pouvoir sauvegarder où on veut, c’est se dire qu’on peut se permettre d’allumer sa console même pour 10 minutes, et tant pis si on a pas beaucoup avancé. Ces derniers temps, mes parties se résument d’ailleurs à peu près à ça, des courtes sessions de 10 à 30 minutes, rarement plus. Ce n’est pas pour ça que je dois m’empêcher de jouer à des RPG et me limiter à des mini-jeux.

#3. Une technologie plus aboutie

Parce que maintenant, les consoles nous font bouger ou sortir, sont automatiquement connectées, et que les développeurs ont trouvé des idées pour nous en faire profiter. Le grand préjugé que les jeux vidéo rendent obèse a été soutenu pendant de nombreuses années, et les développeurs ont réfléchi à toutes sortes de manière de faire bouger lesdits joueurs. Il y a les jeux de sport avec détecteur de mouvement comme les Just Dance sur Wii ou Xbox, mais aussi les incitations à la marche avec le streetpass sur 3DS par exemple, où le joueur une fois dehors pourra en « rencontrer » un autre et leurs consoles s’échangeront des données, débloquant des bonus dans certains jeux.

#2. Plus de jeux dans moins d’espace

          

Parce que maintenant, posséder un jeu peut se faire sans avoir besoin de place physique, le dématérialisé a pris le dessus sur le support, et un gamer abouti peut se vanter de posséder une vidéothèque énorme qui tient dans sa console. Là encore, c’est une bonne ou mauvaise chose selon les personnes. J’adore mon coin gaming chez moi, mais il n’est pas facile de tout prendre avec soi quand on part en vacances. D’où l’intérêt de posséder des jeux au format dématérialisé histoire de pouvoir varier sans pour autant se balader avec la valise de jeux…

#1. Regardez-moi jouer

Parce que maintenant, on peut partager des captures d’écran de son jeu en cours, voire même des vidéos, les publier ou les partager en live. Tout cela en fonction des consoles, des jeux et du matériel du joueur, mais c’est devenu beaucoup plus facile qu’il y a 20 ans, et surtout automatique.
Sur 3DS, le partage d’image est possible via le menu principal, ou directement à partir de certains jeux comme le récent Animal Crossing Happy Home Designer, via les réseaux sociaux connus, ou le Miiverse (réseau social Nintendo). Sur d’autres consoles, des streams sont possibles très facilement, bien que je ne sache pas comment cela se passe (n’ayant aucune de ces consoles, je ne me suis pas posée la question).

J’aurais encore de quoi raconter pendant plusieurs pages, et je pourrais vous faire encore d’autres top, à l’inverse de ceux-ci. Mais plutôt que d’en rajouter encore une couche (l’article est déjà assez long comme ça), je vais juste vous livrer ici le secret de ma recherche pour ce TFGA ! Parce que j’ai essayé d’aborder ce thème selon plusieurs points de vue pour élargir mon horizon et tenté de penser à un maximum de choses (même si ce n’est pas le cas, je m’en rends toujours compte en lisant les autres…). J’ai donc voulu tout poser sur papier et croiser mes infos, en regardant le positif et le négatif de maintenant et d’avant.
Voici donc mes divers points de vue et ce que j’aurais voulu aborder pour chaque, avant de faire un choix final (j’ai un peu triché en remettant un peu au propre mon brouillon initial).

Cette fois c’est vraiment terminé! Voici une nouvelle saison qui m’aura fait bien réfléchir, alors que je pensais pouvoir plier l’article vite fait bien fait! Et après tout ça, je me rends compte que finalement, même si c’était bien avant, je ne dirais peut-être pas que c’était mieux. C’était surtout différent, mais il y a du bon partout.
Maintenant, allons voir ce qu’en disent les autres sur le blog d’Alex.

7 Responses

  1. A la toute fin tu cites ce que j'ai peut-être maladroitement voulu faire passer comme message : rien n'est manichéen, tout n'était pas mieux avant, comme tout n'est pas mieux maintenant. Il y a du bon partout ^^

    Enfin, je vais revenir dans ce commentaire sur la 1ère partie de ton article. Pour la seconde et bien … je reviendrai plus tard (aaahheemm).

    Du coup, en lisant le classement de Kazog juste avant le tien on peut voir un parallèle intéressant entre le fait de ne plus trouver de magie, comme il a pu le dire, d'un Zelda ou d'un Mario qui nous entraine à le faire et refaire plusieurs fois. A titre personnel aussi, et ce même pour des titres comme Until Dawn qui pourtant disposent de plusieurs fins, je n'en ai pas l'envie. Et voilà-t-y pas que tu reviens sur ce point en citant Mario, j'ai trouvé ça vraiment révélateur 🙂

    Ah et pour ton n°2, que dire du surplus d'aides/informations livrées au joueur sans qu'il le demande vraiment. Dans WoW aussi, auquel je jouais encore il y a quelques années, j'ai l'impression qu'on assiste bien plus que nécessaire le joueur, rendant le jeu fade et sans saveur. Hormis sur Bloodborne cette année, j'ai eu cette impression sur tous les jeux auxquels j'ai joué … dommage …

    Enfin, tout n'est en effet pas à jeter dans la génération actuelle comme dit plus haut. Alors un très bientôt, et félicitation pour cet article Seilin 🙂

    • C'est vrai que je n'ai pas encore lu les autres TFGA des gens, pour ne pas me laisser influencer, et je vais remédier à cela rapidement au fur et à mesure,mais je pense que dans le fond, on va retrouver certaines choses.
      On remarquera quand même certaines tendances en fonction des jeux. Par exemple, en tant que joueuse Nintendo, je n'ai pas trop de problème avec le système des DLC car je le subit très peu, c'est pourquoi je n'ai pas voulu en parler dans ma 1ère partie.

      Mais pour des points comme le numéro 2, je pense que le problème se retrouve partout… Et c'est vraiment dommage en effet. Une option aurait été appréciable, pour activer ou désactiver cette aide.

      Alors haut les coeurs, et prenons ce qu'il y a de bon à prendre dans cette génération actuelle! De toute façon, on ne pourra rien y changer, à part se limiter à jouer aux jeux rétro!

  2. Tu es du genre à toujours voir le bon côté des choses, et ça j'aime beaucoup !

    On trouve Super Mario World dans ton top et ça, c'est super ! Mais, c'est surtout lorsque tu as parlé de Jurassic Park sur SNES, que t'as achevé la conquête d'un nouveau fan :p

    Ce TFGA est particulièrement critique, par son thème ^^' terminer sur un top positif est très plaisant !

    • Hé ! Merci pour ton passage 🙂 Comme tu dis, je vois toujours le bon côté des choses, donc c'est pas facile de trouver des défauts…
      En tout cas, ravie de t'avoir conquis ^^ Il faut d'ailleurs que jarrive à retrouver ce Jurassic Park, ça me manque!

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :