NintendoParis2017-Bannière

 

Après cet E3 chargé côté Switch lors du Nintendo Spotlight puis 3DS avec les Treehouse Live, Nintendo a permis à certains journalistes et blogueurs français de les tester par eux-mêmes. Et j’ai eu cet immense honneur de pouvoir participer à cette aventure, pendant une courte session sur Paris.

Bien évidemment, tous les jeux de l’E3 n’étaient pas jouables. Mais les principaux jeux étaient là, ceux qui sortent très prochainement. Je n’ai pas pu tous les essayer, mais j’ai réussi à toucher à tous ceux que je voulais, et même plus encore !

 

L’arrivée sur place

 

#NintendoParis2017 - Arrivée

 

Avant de parler jeux, j’aimerais tout de même parler du cadre et de l’accueil ! J’ai dû monter sur Paris pour cette occasion, découvrir un nouveau quartier et arriver à la Villa Emerige sous un soleil de plomb. Une fois sur place, c’est déjà la climatisation qui m’a fait du bien, immédiatement. Puis l’accueil du staff Nintendo. Des personnes très souriantes, avec un étalage de documents sur chaque jeu présenté à l’E3. Une fois les présentations faites, je découvre les amiibos puis je me rends dans la salle au trésor.

Plusieurs salles ouvertes avec des bornes permettaient de tester les jeux. Chacune avait son animateur qui expliquait le fonctionnement du jeu, son histoire, et récoltait nos avis à la fin de la démo. Certains stands ne pouvaient pas être pris en photo, comme FIFA et toute la partie 3DS. C’est que les jeux étaient jouables sur la toute nouvelle New2DS XL, donc il ne fallait pas trop fuiter d’images.

Et puis il y avait une dernière salle, avec de beaux tableaux représentant les jaquettes des prochains jeux comme Xenoblade 2 et Metroid : Samus Return. Mais là encore, pas de photos, les jeux n’étant pas jouables sur place. Par contre il y avait à certains moments de la journée des présentations live de ces jeux si j’ai bien compris. Malheureusement, je n’ai pas pu assister à aucune d’entre elles (mauvais timing).

Mais pour compenser, il y avait un superbe buffet, avec des cupcakes à l’effigie de la Switch et de Super Mario Odyssey. Et ça c’était chouette ! Un petit bonus bien appréciable, surtout que je n’avais presque pas bu ni mangé depuis environ 8h.

 

#NintendoParis2017 - Bufet

 

Peu importe la salle ou le jeu, toutes les équipes de Nintendo et de LaBoite Com ont été d’une grande amabilité. Il faut le souligner, c’est pas toujours comme ça avec d’autres. Moi simple petit blogueuse, je me sentais un peu mal à l’aise dans cet environnement très pro, et finalement j’ai pu profiter pleinement.

A mon tour de vous en faire profiter.

 

Les amiibos

Commençons avec quelques images des nouveaux amiibos. Il y en a un paquet, pour 4 licences différentes.

Tout d’abord 2 amiibos pour Fire Emblem Warriors, représentant les personnages de Chrom et de Tiki. Le premier est très bien réussi, avec beaucoup de détails et un visage agréable (pour une fois). Tiki a un visage un peu trop jaune à mon goût, comparé au reste du corps, mais elle reste belle, avec de jolies couleurs vives.

 

#NintendoParis2017 - Amiibos Fire Emblem

 

Puis 2 autres pour Metroid, dont deux jeux sortent prochainement, le premier arrivant sur 3DS à la rentrée. Etant en vitrine, je n’ai pas pu tester le toucher spongieux du Metroid, mais visuellement il est très réussi. Les failles sur la capsules sont très réalistes. A côté, l’amiibo de Samus dans son armure est plus classique, mais elle a une position différente du premier amiibo Smash Bros. Ici, elle est comme sur la jaquette du jeu qui arrive sur 3DS.

 

#NintendoParis2017 - Amiibo Metroid

 

Ensuite il y a mes 5 préférés, ceux de la licence Super Mario. Deux sont à l’effigie des sbires de Bowser : Goomba et Koopa. Assez simples, ils sont néanmoins très bien réalisés. A la fois simples et beaux. Si on regarde l’échelle par rapport aux différents jeux, ils sont beaucoup plus grands (taille d’amiibo classique par contre) et font penser à de belles figurines.

Les 3 autres sont un hommage à Super Mario Odyssey, et au mariage de Peach et Bowser. Les 2 personnages ainsi que Mario sont affublés d’une tenue de mariage blanche qui leur va comme un gant. Positionnés tels qu’ils l’étaient, on aurait dit que Mario et Bowser présentaient Peach pour qu’elle s’avance vers l’autel. De son côté, elle a un air très surpris. Qui va-t-elle donc épouser ?

 

#NintendoParis2017 - Amiibo Mario

 

Enfin, les amiibos de la série Zelda, plus particulièrement Breath of the Wild. Trois des amiibos représentent Link à différents âges et provenant de différents jeux (Majora’s Mask, Twilight Princess et Skyward Sword). Très détaillés également, ils sont parfaits pour les fans du héros vert. Par contre je remarque toujours quelques défauts au niveau des yeux, surtout celui de Skyward Sword.

 

#NintendoParis2017 - Amiibo Mario

 

Les 4 autres amiibos représentent les Prodiges, Mipha, Daruk, Revali et Urbosa, en relation avec le DLC qui va sortir cet hiver. Toujours plus beaux et détaillés, avec de belles couleurs, sur leur socles doré.

Au final, je ne saurais pas dire lesquels sont les plus beaux, mais j’ai ma préférence pour ceux de la série Mario.

 

 

Super Mario Odyssey

#NintendoParis2017 - Mario Odyssey

 

C’est bien sûr LE jeu que je voulais essayer en priorité ! Et bien évidemment, je n’étais pas la seule. J’ai pu y jouer en mode sur table, et pas l’écran de la télévision, mais ce fut déjà suffisant.

J’ai trouvé les graphismes sublimes. J’ai commencé avec une petite exploration dans New Donk City, où le maire Pauline fait une brève apparition, demandant à Mario de trouver 4 musiciens. La ville est immense et ressemble à New York, comme on a déjà pu le voir sur les trailers. S’agissant surtout d’une démo d’exploration, je ne suis pas restée très longtemps. J’ai beaucoup admiré l’immensité et la profondeur des décors, tant à l’horizontale qu’à la verticale. Tous ces gratte-ciels, ces parcs, ces gens et ces voitures… Tant de détails que je ne savais pas où donner de la tête. J’ai fait connaissance avec Cappy le chapeau, devenant un Bill Boom puis un être humain. Avec ce dernier, je devais d’ailleurs faire un mini-jeu, alors que rien n’était indiqué.

Dès le premier checkpoint, la carte est accessible, sous la forme d’un dépliant touristique, super sympa. Il y a notre position et le but de la mission. But que l’on pouvait voir de loin avec un puits de lumière. Il s’agissait tout d’abord d’aller voir Pauline, puis de s’occuper de trouver les 4 musiciens. Ces derniers étaient représentés sur la carte, mais n’étaient pas si simples à trouver, ou alors je n’étais pas très douée ! Par contre je me suis mise à grimper en haut d’un gratte-ciel, pour y trouver une lune. Elle était bien cachée, ce qui augure de nombreuses heures de jeu pour tout retrouver si l’envie nous prend.

 

#NintendoParis2017 - Mario Odyssey2

 

Le deuxième monde jouable était celui du désert gelé. Tout d’abord, un saut chez Crazy Cap, la boutique où l’on peut dépenser ses pièces durement gagnées. J’ai donc opté pour un costume de bandit des années 60, tout en noir, à défaut d’autre chose. Et je vais en route pour tente de retrouver Bowser, en suivant ses traces. Enfin, heureusement que Cappy m’a dit qu’il y en avait au sol, j’étais tellement obnubilée par les décors que je n’avais même pas vu les traces de pas au sol !

Ici, les ennemis sont déjà plus nombreux, ce qui m’a permis de mieux maîtriser Cappy et la chapimorphose. Une troupe de Goomba ? Je lance Cappy tel un boomerang et j’en élimine une bonne partie en un seul lancer. Le monde étant ouvert, le joueur peut aller et venir comme bon lui semble. Etant limitée par le temps, j’ai essayé d’aller droit au but, mais les décors donnent envie de s’y balader.

Je me retrouve donc à avancer, tantôt dans le sable tantôt sur des ruines. Selon les ennemis, il suffisait de les battre classiquement en leur sautant dessus, ou en lançant Cappy. Et là, soit ils étaient battus, soit la chapimorphose avait lieu. C’est ainsi beaucoup plus facile de traverser un ravin grâce aux Bill Boom qu’en sautant de plateforme en plateforme ! Le chapeau aura de très nombreuses utilités, et je pense que je n’en ai vu qu’une infime partie. On peut noter les transformations, mais aussi amasser des pièces en le lançant, actionner des mécanismes…

 

#NintendoParis2017 - Mario Odyssey3

 

Un des ennemis m’a beaucoup amusé. Semblable à une statue de l’Ile de Pâques avec des lunettes très funky, il s’est révélé être très utile une fois possédé. En effet, ses lunettes une fois mises permettaient de voir certains éléments du décors, invisibles à l’œil nu. Cela m’a permis de retrouver des morceaux de lune pour une des quêtes. Par contre ici, pas d’indices sur la carte ni puits de lumières. Certaines missions ne seront donc pas si facile que ça.

Et c’est comme ça un peu partout. Je suis allée de surprise en surprise, admirant le jeu et ne voulant pas le lâcher. C’est beau, c’est grand, et les possibilités semblent infinies. Un autre passage coup de cœur : celui en 2D. C’est grâce à un tuyau pixelisé qui entre dans le mur que Mario s’y retrouve également. Il devient alors en 2D, comme dans Zelda A Link Between Worlds, avec les design des premiers Mario Bros. Pièce, ennemis, plateforme… tout était comme à l’époque, ce qui a su faire vibrer ma corde nostalgique.

Après cet essai, j’ai encore plus hâte d’être à cet automne pour enfin jouer au jeu. Ce sera mon Zelda Breath of the Wild à moi (que je n’aurais probablement toujours pas fait !). Les quêtes annexes sont nombreuses, les mondes recèlent de secrets à percer, et l’exploration sera indispensable. Avec cet opus, on est dans un tout autre univers Mario, bien plus mature, et beaucoup moins facile et guidé que les derniers titres.

 

Mario + The Lapins Crétins Kingdom Battle

#NintendoParis2017 - Mario + Rabbids

 

Le deuxième gros jeu que je voulais essayer en cette journée, c’est bien évidemment ce cross-over entre 2 licences que j’apprécie particulièrement. La démo durait 20 minutes, quelle que soit notre avancée dans le jeu, et l’animateur m’a bien raconté toute l’histoire et la mécanique du jeu.

Ainsi, les Lapins Crétins sont arrivés dans la Royaume Champignon grâce à leur Machine à remonter le temps (celle des Lapins Crétins : Retour vers le Passé sur Wii). Mais certains sont devenus un peu fous et se sont mis à s’engluer de miel et faire comme les sbires de Bowser : être méchants. Ce seront eux qu’il faudra combattre, mais pas d’infos sur la grande menace à l’origine de tout ça.

 

Mario + Lapins crétins 2

 

On se retrouve donc en petite phase d’exploration (qui n’en est pas vraiment une), avec Mario et les Lapins Luigi et Peach, à suivre l’aspirateur robot, Beep-0. La démo est un vrai petit tutoriel, et nous explique très rapidement les bases des combats. Mais heureusement que l’animateur était là pour me donner quelques tuyaux supplémentaires.

Nous avons à faire à un tactical-RPG, les combats se font donc au tour par tour, avec une certaine réflexion. Il est possible de passer d’un personnage à l’autre très facilement, et de faire exécuter leurs actions à la suite ou de manière alternée. Au début, chaque personnage ne peux faire que bouger et tirer, mais par la suite ils disposent d’une technique spéciale à activer.

Contrairement à des T-RPG plus classiques, il est possible de commencer son tour par une attaque, puis de bouger. Cela entraîne une toute autre stratégie, et plusieurs possibilités sont à prendre en compte. Surtout qu’il y a également des combo. Par exemple, Mario peut se déplacer dans la zone disponible (représentée par une bordure bleue), tacler un ennemi (ne compte pas comme une attaque), sauter sur Lapin Peach pour aller un peu plus loin, puis attaquer un ennemi. On est loin du « 1 tour = 1 action ». Cela me fait un peu penser à Disgaea 5, que je n’ai pas acheté car peur qu’il soit trop compliqué au final.

 

Mario + Lapins crétins 3

 

Les éléments du décor lors des phases de combats auront également leur importance. Les tuyaux sont assez simples à utiliser, et vont permettre aux personnages de se diriger vers un endroit plus lointain de la carte. Mais il y a aussi des blocs qui sont cassables, ou des boîtes explosives, et même des ennemis commun. Sur une des cartes, un Chomp attaquait quiconque passait trop près de lui, quel que soit son camp.

Le but des phases de combat n’est pas uniquement la victoire par contre. Cela peut aussi être l’atteinte d’un endroit précis sur la carte (à la Codename S.T.E.A.M.). L’avantage, c’est que la phase est terminée dès que l’un des personnages a atteint cette zone. Et chose étonnante, les ennemis combattus ne sont pas morts. Les Lapins Crétins se retrouvent dans le château de Peach et sont aidés pour se réinsérer dans leur communauté. Belle initiative de non violence !

Même s’il y a beaucoup d’actions possibles et que le jeu va demander beaucoup de réflexion, les commandes sont toutefois très simples. A pour valider, B pour annuler, et les R et L pour passer d’une personnage à l’autre et ZR et ZL pour changer son action. La prise en main est donc très intuitive. Ce sont plutôt les combos et toute la stratégie qui risquent d’être un peu plus complexes à mesure que l’aventure avancera, mais comme tout RPG.

 

Mario + Lapins crétins 4

 

Côté graphismes, rien de surprenant, mais des images belles et très colorées, particulières des deux univers. Les phases d’explorations montrent des décors sublimes et par moment très drôle, comme ce canard SM au milieu d’une cuvette de toilettes… Puis ici et là, on peut apercevoir sur l’écran qu’il faut appuyer sur le bouton A. Pas de grosses interactions pour le moment, mais la vision de tranches de vie de Lapins Crétins « normaux », qui essayent de s’adapter dans ce nouvel environnement.

Quelques secrets sont également cachés à certains endroits, accessibles par des mini-jeux. Par exemple une chasse aux pièces rouges, ou un mini (très mini) casse-tête, qui ont permis tous deux d’obtenir de nouvelles armes. Mais attention, elles deviennent disponibles, mais il faut quand même les acheter pour pouvoir s’en servir ! Ce qui se cache dans le coffre à trésor n’est donc que l’équivalent d’un simple bon.

Moi qui aime les T-RPG, et les univers Lapins Crétins et Mario, je suis très bon public pour ce jeu. Et si les images lors de la présentation Ubisoft et du Treehouse me donnaient déjà bien envie, cet essai m’a conforté dans mon avis ! J’ai beaucoup aimé les graphismes et l’humour omniprésent du titre !

 

 

Pokken Tournament DX

#NintendoParis2017 - Pokken

 

Pour le coup, je ne pensais pas le tester, le jeu ne m’intéressant pas du tout. Mais étant sur place, autant essayer, histoire de me faire mon propre avis.

La première chose qui m’a frappée, c’est la beauté des graphismes et la fluidité de l’image. Par contre je n’ai pas tout compris aux commandes, et comme beaucoup de jeux de combat, j’ai un peu fait n’importe quoi, donc je me suis fait rétamée. C’est quand même très agréable de voir nos Pokémon favoris (pour certains) en 3D et en HD. Je n’ai pas fait la version Wii U non plus, donc je ne peux pas comparer, mais si c’est comme Mario Kart 8, il y a une nette différence entre les 2 versions.

Par ailleurs, la version Switch dispose de nouveaux Pokémon jouables, ainsi que des soutiens. Là encore, je n’ai pas tout compris à la façon de les choisir, mais je n’ai pas voulu perdre trop de temps à tout lire. L’animateur qui a fait le combat contre moi m’avait pourtant expliqué, mais ce fut assez catastrophique. Lui sachant bien mieux jouer, j’ai au moins pu voir quelques combos sympas à l’écran. Et je peux dire que ça rend bien !

Je passerai quand même sur ce jeu, mais si vous hésitez, sachez qu’il est beau, et que si vous aimez les jeux de combat et les Pokémon, il vous plaira surement.

 

Fire Emblem Warriors

#NintendoParis2017 - Fire Emblem Warriors

 

Voilà un autre jeu que j’ai essayé plus pour la forme qu’autre chose. Bien qu’aimant Fire Emblem, je suis totalement insensible aux muso. Quelques secondes m’ont suffit pour m’en assurer avec ce titre. Les commandes sont hyper compliquées, même si l’animateur a essayé de me dire rapidement les principales. Puis une fois en jeu, impossible pour moi d’y trouver un intérêt en dehors d’un gros défouloir. Bon, j’y mets peut-être un peu de mauvaise volonté, il y a quand même une carte en haut de l’écran avec des objectifs, mais ça m’attire pas.

Sinon, de manière plus objective, le jeu est beau et les scènes d’actions très fluides. Il est possible de passer d’un personnage à l’autre très facilement, et plusieurs héros bien connus font partis de l’aventure. Petit bémol toutefois sur les visages vu de près. A l’arrivée de Ryoma, je suis restée admirative devant les graphismes, jusqu’au gros plan sur son visage. Il était très fade et sans détails, un peu décevant.

Mais bon, si vous aimez le genre et la licence Fire Emblem, il vous plaira très certainement !

 

Sonic Forces

#NintendoParis2017 - Sonic Forces

 

Oups, voilà un intrus dans cette salle Nintendo. Ce Sonic arrive en fin d’année sur Switch, et je suis bien contente de l’avoir essayé. Trois niveaux étaient jouables : le premier en 3D, semblable aux précédent, un niveau de boss en 2D pour les nostalgiques, et un dernier niveau avec la nouvelle fonctionnalité de ce titre, et la présence d’un avatar.

Pour faire plus vite pendant la démo, un avatar était déjà créé, mais il sera entièrement personnalisable. Il était toutefois possible de choisir entre 2 armes différentes. Elles ont des caractéristiques ainsi qu’une aptitude propres. L’une (que j’ai choisie) servait de lance-flamme et permettait des bonds en l’air, tandis que l’autre était un aimant à pièces.

Le niveau était en 3D, assez sombre, comme on peut le voir dans les différentes trailers. Les décors étaient bien réalisés, beaux et profonds, mais avec un certain aliasing. La vitesse, élément clé de tout Sonic, était fortement présente, même un peu trop pour moi. Je n’avais peut-être plus l’habitude, mais à vouloir aller trop vite, je sautais souvent sur des ennemis, et perdais mes pièces. Surtout que dans cet opus, impossible de les récupérer, il faut en trouver d’autres !

J’ai eu un peu de mal à comprendre exactement où aller et quoi faire, mais j’ai quand même bien aimé l’environnement et je pense que j’essaierai d’en savoir un peu plus sur ce jeu par la suite.

 

Flip Wars

#NintendoParis2017 - Flip Wars

 

Ce titre ne vous dit rien ? C’est normal. Mais si je vous parle de Project Mekuru , un peu plus peut-être ? Ce jeu avait été présenté lors du Nintendo Direct d’avril, mais nous n’avions pas eu de nouvelles informations depuis. Il a donc changé de nom et nous avons droit de le tester. Et ce, même s’il ne fait pas partie de jeux de l’E3. L’animateur a d’ailleurs eu l’air surpris que je connaisse ce jeu, je comprends pas pourquoi. On est spécialiste Nintendo ou on ne l’est pas !

Bref, nous avons là un jeu mêlant Bomberman et Othello, en bien plus coloré (quoique l’animateur parle d’un mélange avec Splatoon et Bomberman). Le but ? Avoir un maximum de cases de sa couleur à la fin du temps imparti. Comment ? En sautant sur les cases pour les retourner. Et il se joue jusqu’à 4 joueurs. Parfait pour un multi n’est-ce pas ?

Plus concrètement, les personnages se ressemblent tous, avec des combinaisons de Power Rangers, et ne sont différenciés que par leur couleur. Ils se retrouvent chacun à un coin du plateau rectangulaire, puis le chrono commence. Chacun pour soi, les joueurs déplacent leur personnages et sautent au moment voulu pour retourner les quelques cases à proximité en haut, en bas et sur les côtés. Principe sympa, mais la vitesse de déplacement était un peu trop lente pour moi. L’impression de marcher dans la semoule….

Mais c’est un peu comme dans Splatoon : quand on marche sur notre couleur, on va plus vite, et sur la couleur des autres on ralentit. A la manière de Bomberman, des objets apparaissent aléatoirement et donnent des bonus ou malus aux joueurs. Cela peut modifier la vitesse,  la portée du saut, ou même la forme avec laquelle les cases se retourneront (en diagonale par exemple). Et pour le fun (mais pas que), si un adversaire se retrouve sur l’une des cases que vous retournez, il est éjecté du plateau et se retrouve dans son coin de départ.

C’est sympa comme jeu, même si je l’ai trouvé un peu mou pour commencer. Un autre multijoueur de Nintendo qui aime beaucoup miser sur la convivialité. Il faut juste espérer qu’il ne soit pas trop cher, au risque de ne pas plaire… Il était annoncé pour cet été lors de son annonce en avril, mais pas de nouvelles infos, et l’animateur m’a même dit que la date était inconnue. Serait-il repoussé ?

 

Splatoon 2 – Salmon Run

#NintendoParis2017 - Splatoon 2

 

Le stand Splatoon 2 était immense. Je ne pensais pas m’y mettre, mais finalement, j’ai pu me poser un très court instant sur le nouveau mode de jeu, le Salmon Run. 4 joueurs autour d’une table, parfait pour en discuter ensemble. Un peu plus loin, de nombreuses bornes permettaient de s’essayer à nouveau au mode plus classique, comme lors du Global Testfire.

C’est donc tablette en mains que je me lance dans la course aux œufs d’or avec quelques autres personnes. En mode Salmon Run, on se retrouve sur une île, et des vagues d’ennemis arrivent, des petits monstres. En les battant, ils libèrent des œufs oranges qui sont aspirés par les Inkling. Et de temps en temps apparaissent des ennemis plus gros. C’est le travail d’équipe qui va permettre de les battre, et d’obtenir les œufs dorés. Chaque Inkling peut en ramasser un, pour le rapporter ensuite dans un panier.

A chaque vague d’ennemi, il faudra survivre, et ramasser un certain nombre d’œufs. Par manque de temps, je n’ai pas pu faire toutes les vagues, mais j’ai trouvé ce mode très sympa. Ça change du but habituel de Splatoon, et apporte un sens différent à la compétition. Les joueurs ne jouent que ensemble contre des ennemis communs et pas les uns contre les autres.

 

New 2DS XL

new-nintendo-2ds-xl

 

Ce n’est pas un stand à proprement parler, mais toutes les démos de jeux 3DS étaient jouables sur la nouvelle console de la famille. Les 2 coloris étaient présents : noir/turquoise et blanc/orange. Malgré l’antivol qui alourdit un peu l’appareil, la console est beaucoup plus légère. Contrairement aux précédentes 2DS, celle-ci se plie, mais son écran supérieur n’est pas en 3D. Par contre il me faisait penser à un smartphone en position horizontale, accroché sur une plateforme de jeu.

La console est vraiment très belle, mais j’ai trouvé quelques petits défauts dans les finitions. La croix directionnelle à gauche par exemple, en couleur et contrastant avec le socle, avait son support beaucoup trop visible. Le petit rond sous le socle se remarquait bien, vu qu’il était également coloré. Mais j’aurais presque été tentée de me retrouver avec une console de plus, moi qui n’utilise presque jamais la 3D…

 

Miitopia

3DS_Miitopia

 

Le nouveau jeu qui utilise des Miis était présent dans la section 3DS. Mais il s’agissait là de la même démo que celle disponible le jour même (je vous la conseille au passage). J’ai pu faire une petite session au milieu de la démo. Un Mii principal est accompagné d’autres Miis (amis, à créer, ou issus de Tomodachi ou Miitomo) et part sauver le monde d’un terrible voleur de visage.

S’agissant des Miis, les graphismes sont très simples, sans surprises. Mais les décors sont très colorés, et très bien faits, même s’ils n’ont que peu de détails. Le jeu est très facile, presque trop. En fait, le joueur ne contrôle que son Mii principal. Les autres combattent automatiquement, ce qui m’a assez étonnée. Pas d’exploration particulière non plus, le Mii ne fait que suivre un bout de chemin en ligne droite, et peux simplement choisir lorsqu’il y a des intersections.

A la fin du chemin, une auberge permet de faire reposer toute l’équipe et d’augmenter les affinités entre chaque. Le joueur peut attribuer lui-même toutes les chambres, avec 2 Miis par chambre. Ce qui fait la force du jeu, ce sont justement ces affinités, qui vont influencer les combats. Un Mii pourra ainsi venir en aide à un autre s’il l’apprécie, ou au contraire refuser de combattre s’il est contrarié

J’ai toujours eu un faible pour les jeux avec les Miis. Et les voir prendre part à des combats dans un RPG me plait beaucoup. On retrouve beaucoup de points communs avec Tomodachi dans la manière de présenter les personnages, ou quand ils font des achats, mais ça s’arrête là. Par contre, les voix des Miis est devenue encore plus insupportable qu’avant, j’espère que cela pourra être modifié…

 

Hey ! Pikmin

3DS_HeyPikmin

 

Le premier Pikmin sur 3DS était présent, et j’avais beaucoup envie d’y jouer ! Là encore, il s’agissait finalement de la même démo que celle sortie hier, mais j’étais dans l’ambiance. Première information, le jeu se joue avec le Pad circulaire pour déplacer Olimar, et le stylet pour toutes les autres actions. Le gameplay est très différent des autres Pikmin, s’agissant d’un jeu de plateforme. Toutefois on retrouve bien les caractéristiques de la licence.

Olimar est échoué sur une planète et doit ramasser assez de carburant. Il doit donc explorer les niveaux à la recherche de lumium. Grâce à son sifflet, il peut appeler les Pikmin cachés qui vont de hâter de le rejoindre. Olimar ne peux que se déplacer de droite à gauche, mais ne peut pas sauter, tout comme les Pikmin. Pour atteindre des objets en hauteur, il doit lancer les Pikmin dessus, et ils iront automatiquement le récupérer. Il y en aura de plusieurs sortes, j’ai découvert avec la démo les rouges « classiques », et les Pikmin-rocs, qui peuvent briser du diamant.

Le jeu est assez intuitif, avec un petit tutoriel et il semble y avoir peu d’endroits secrets. Par contre il est possible de chercher des objets spéciaux, qui comptent pour beaucoup plus de lumium que les morceaux retrouvés ici et là. Ce sont ces objets qui demanderont un peu plus de réflexion, à condition de ne pas se louper. Car dans le jeu, pas de menu ni de retour en arrière possible. Donc si le joueur veut retourner en arrière, il ne pourra peut-être pas.

Un jeu très sympa, et très beau. Il s’agit d’un simple défilement latéral, mais les décors à l’arrière plan sont bien réussis, colorés une fois encore et avec pas mal de détails. Par contre, j’ai peur que le jeu soit un peu trop facile, un peu comme Chibi-Robo. A plusieurs reprises j’ai trouvé que les deux jeux se ressemblaient. Même les graphismes sont similaires. Je me laisserai tenter bien sûr, mais en espérant vraiment y trouver une petite difficulté.

 

Mario & Luigi Superstar Saga + les sbires de Bowser

 

Le dernier de cette liste, c’est un remake du tout premier RPG Mario & Luigi, que je n’ai jamais fait. Je ne sais pas si c’était la version complète, mais j’ai pu assister au tout début de l’histoire. Cette fois, l’ennemi n’est pas Bowser, mais Végésia, qui a kidnappé la voix de la Princesse Peach. Quand elle veut s’exprimer, elle l’émet que des sons qui deviennent explosifs.

Un des Toad part donc à la recherche de Mario pour que ce dernier la sauve, une fois de plus, et le retrouve dans sa douche ! Première fois que je vois Mario avec une simple serviette autour de la taille. C’est étonnant, et ne fait pas rêver… Une fois au château, Bowser arrive, et le tutoriel du jeu correspond à un court affrontement entre les deux ennemis jurés, avec déjà beaucoup d’humour.

Mais même Bowser souhaite que Peach retrouve sa voix, et il va s’allier à Mario dans cette quête. Et au passage, il enrôle Luigi comme sbire, même si ce dernier n’en avait aucune envie. Après une courte exploration du Royaume Champignon, Mario rejoint donc Bowser dans son vaisseau Tortue, et en route pour le Royaume de Végésia. A bord, la suite du tutoriel avec les bases des commandes et des combats. J’ai voulu m’arrêter là car peu de temps devant moi, et passer à l’histoire parallèle, celle des sbires de Bowser.

 

3DS_MarioAndLuigiSuperstarSagaPlusBowsersMinions

 

Car cet ajout au jeu correspond bien à une histoire parallèle. Lors d’un accident avec le vaisseau, un Goomba se retrouve tout seul, mais décide d’aller au secours de son chef adoré. Il va donc livrer des batailles face à de nouveaux ennemis, et essayer de rassembler un maximum d’autres sbires pour reformer une armée. Ce n’était pas précisé, mais au final les combats sont totalement automatiques, en dehors des coups finaux, où il faut simplement appuyer sur A au bon moment. De ce que j’ai compris, l’essentiel de la tactique se verra un peu plus tard, quand il y aura plusieurs membres dans l’équipe. Il faudra alors choisir les bons sbires pour faire face aux ennemis (Goomba, Koopa, Boos…).

Peu d’évolution de graphismes par rapport aux précédents opus sur 3DS, mais ces jeux sont toujours très beaux. C’est surtout l’humour qui est toujours omniprésent, et le fait de s’allier à Bowser qui m’attire dans ce jeu. L’histoire des sbires semble anecdotique mais peut permettre de faire une petite pause dans le jeu, apportant quelque chose d’assez rafraîchissant. Plus qu’à attendre l’automne pour disposer du jeu complet.

 

Même si je ne suis pas restée longtemps, j’ai pu bien profiter d’un maximum de jeux sur place. Il ne m’a manqué que FIFA18 (sans aucun regret) et ARMS (que j’ai déjà). Par contre j’ai malheureusement loupé les sessions d’essai de Xenoblade 2, Metroid Samus Returns et Yoshi. J’aurais tellement pouvoir essayer le dernier de la liste!

Ce fut un immense honneur d’assister à cet événement, et je remercie encore très chaleureusement les équipes de Nintendo et de LaBoite Com pour cette superbe opportunité.

De votre côté, j’espère que toutes ces informations vont ont été utiles, et si vous avez d’autres questions sur des points que je n’aurai pas abordé, n’hésitez pas. J’essaierai également de faire quelques articles séparés avec un peu tout ce qu’on sait des jeux, avec un court avis en plus.

 

 

2 Responses

  1. Actuellement loin de chez moi pour le weekend, j’ai quand même pris 5 minutes pour lire ton récapitulatif, plutôt exhaustif dans l’ensemble. J’ai fait l’impasse sur les quelques jeux qui ne m’intéressent pas du tout, je dois l’avouer (Miitopia, Pokken, etc…) mais pour le reste, je suis vraiment content d’avoir eu ton retour sur des jeux qui me font de l’oeil, et qui feront surement parti de « mon » line-up Switch :)….Content que tu aies eu la chance d’être invitée pour cet événement. Tu le mérites vraiment. ^^

    Même si j’emet des doutes sur le gameplay, étant un fan de la serie de base, je vais tout même télécharger la démo « de hey ! Pikmin » pour me faire une idée sur le jeu et les orientations de gameplay du au support. 🙂

    C’est dommage que tu aies raté les sessions test pour Yoshi (le style graphique est surprenant et me donne vraiment envie d’y jouer) et Xenoblade 2 (mon précieux! ) entre autres. Ça sera pour une prochaine fois. 🙂

    encore merci à toi pour ton temps et ta passion. ^^

    • Merci à toi pour ton commentaire 🙂
      Pour les jeux avec démo, je te les conseille oui, ça te donne vraiment un bon aperçu du jeu complet. Et pour Pikmin, même si le gameplay est différent, ça reste un jeu « officiel » donc tu retrouves tout l’univers.
      Je regrette beaucoup pour Yoshi. C’est vraiment mon coup de coeur et je suis deg de l’avoir raté! Je crois que c’était pendant ma session des Lapins crétins, que je ne pouvais pas arrêter. Et puis vu le peu de temps sur place, j’ai au moins pu jouer par moi-même à presque tout!

      Du coup, quel sera ton line-up Switch ?? ^^

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :