Venez découvrir comment une jeune fille qui se révèle être une élue va devoir sauver le monde de Fairune d’une menace grandissante dans ce jeu 8-bits.
Je parle ici du premier volet de la série, dont le deuxième opus sort aujourd’hui même. J’ai voulu justement rattraper un peu mon retard avec le test de ce jeu que j’avais adoré!

Une élue à Fairune

Tout commence par un Ancien Codex qui nous demande de faire un « petit boulot » pour lui… Mais sans nous demander notre avis, il nous souhaite déjà la bienvenue à Fairune, où les illusions sont ici réalité (ça peut faire rêver, mais en fait non). Il nous raconte alors que 3 icônes sacrées scellaient un esprit démoniaque au centre du royaume, mais qu’un jour, ces icônes disparurent et d’étranges phénomènes ont commencé à apparaître. Le monde devint vite envahi de monstres, mais il ne faut pas trop s’inquiéter, c’est une coutume locale et cela arrive tous les 100 ans. N’empêche qu’il vaut mieux faire quelque chose, et il semblerait que je sois l’élu(e) qui pourra partir à la recherche des icônes disparues et arrêter le fléau qui menace le royaume.

Quelque chose me dit que je vais devoir aller en haut de cette tour…

Et même si ce vieux bouquin me demande s’il peut compter sur moi, il m’envoie directement dans ce fameux royaume de Fairune sans me demander mon avis, parce qu’après tout, même des monstres ne blesseraient pas une jeune fille avec une robe aussi mignonne… C’est donc à partir de ce moment que nous apprenons que le personnage que j’incarne est en réalité une fille, dont nous ignorons le nom, qui va devoir se débrouiller dans ce monde hostile, vêtue d’une simple robe et qui n’a pas idée du chemin à prendre, la carte étant masquée.

Un lieu bien dangereux

C’est là tout l’intérêt du double écran : au fur et à mesure de l’exploration qui se fait sur l’écran du bas, la carte se dévoile petit à petit sur l’écran du haut. Cela permet facilement de se situer, mais surtout de voir les zones encore inexplorées. Et petit détail, le monde de Fairune n’a pas de limites, et arrivée une fois au Nord, l’élue revient au Sud, de même pour l’Est et l’Ouest. C’est un petit monde rond qui tourne bien…
Donc une fois que j’atterris dans Fairune, à l’endroit où devaient se trouver les 3 icônes sacrées, je commence l’exploration des lieux. Dès le premier ennemi aperçu, il est normal de prendre un peu peur (même s’il ne s’agit que d’un blob bleu tout bête) mais avec ma belle tenue, aucun problème! Il faut tout de même avancer et trouver de quoi se défendre, sinon l’aventure n’ira pas bien loin… Le Codex me conseille donc d’aller au Nord, où je trouve une pierre de mana, que j’active ensuite sur un brin d’herbe un peu étrange, toujours en me basant sur ses conseils. J’en retrouverai un peu partout dans ce monde, ce qui me sera bien utile pour régénérer mes PV, à garder en mémoire. Cela permet également de supprimer les barrières qui étaient positionnées ici et là, et que vous avez peut-être pu apercevoir si vous avez préféré explorer au maximum la carte plutôt que d’aller directement vers la pierre de mana. Parmi les lieux maintenant disponibles, un sanctuaire où repose une épée, que je m’empresse de retirer. Tadadadaaaa♪♫…  Non bien sûr, nous ne sommes pas dans Zelda (quoique je pourrai l’incarner dans un monde parallèle), mais j’obtiens enfin l’Epée de l’Espoir.

La musique est différente mais le principe est le même…

Maintenant que je ne suis plus aussi mignonne, les ennemis ne vont plus hésiter à m’attaquer, et le Codex vient une fois de plus à mon secours pour m’expliquer brièvement les règles de combat dans ce royaume. Elles sont plutôt simples :

  • Si l’ennemi est de niveau inférieur au mien, je le tue sans perdre de PV mais sans gagner d’XP
  • S’il est de niveau équivalent (ou juste un de plus), je perds 1 PV (ou 2) et je gagne 1 XP
  • S’il est de niveau bien au-dessus, je perds une certaine quantité de PV correspondant à la différence de niveau, je n’arrive pas à le battre et je ne gagne aucun XP.
Gain d’1 XP mais parte d’1 PV. Pas grave, l’herbe de guérison est à côté!

Autant dire qu’il ne vaut mieux pas se frotter aux gros ennemis tout de suite… Le problème est que leur niveau n’est pas écrit sur leur tête, il faut d’abord essayer avant de savoir! Mais dans sa grande bienveillance, le Codex nous informera des ennemis de niveau équivalent qu’il est préférable de combattre.

 

Une exploration compliquée

Pour le reste de l’aventure, pas de guidage particulier, c’est à nous d’explorer les environs, de trouver les objets nécessaires pour avancer et de revenir sur nos pas si besoin pour les utiliser là où le passage était bloqué.
C’est à partir de ce moment que l’aspect puzzle de ce A-RPG se fait sentir. Il faut parfois tâtonner pour trouver certains passages secrets, essayer des combinaisons, pousser tout ce qui est possible, scruter l’écran à la recherche d’un indice, et bien se rappeler où était ce rocher, cet arbre, ce dessin qui nous servira par la suite.

La carte se dévoile en explorant le royaume

Le monde de Fairune n’est pas seulement celui de la carte présentée ci-dessus, il est également souterrain, aérien, et même parallèle. Par moment je ne sais plus où donner de la tête, et si au début les lieux accessibles sont assez bien guidés et peu nombreux, par la suite cela demande de la rigueur et de la mémoire. Surtout que l’absence de limites sur la carte est parfois troublant et demande quelques instants pour se repérer à nouveau… Et si c’est frustrant quand on tourne en rond, la découverte d’un nouveau passage secret (pas forcément secret d’ailleurs) est ultra réjouissante.

Au début, le jeu me paraissait très mignon. Des couleurs vives, une jeune fille tout en pixels en tant qu’héroïne, des petits ennemis parfois mignons, et une musique digne des anciens jeux GameBoy et NES avaient eu raison de moi! Mais par la suite, il est devenu vraiment prenant, limite addictif, et ce fut difficile de laisser la console de côté sans l’avoir terminé.

De belles couleurs, des graphismes en pixels et une musique 8-bit, le bonheur!

Il faut dire que la partie peut se faire rapidement. Comptez environ 2 à 3 heures pour une première exploration tranquille jusqu’au boss de fin. Mais ensuite, un grand nombre de trophées nous incite à refaire la partie encore et encore, l’un d’eux nous demandant même de finir la partie en moins d’une heure! C’est la raison pour laquelle j’en suis à ma troisième partie, histoire de me remettre dans la bain avant la sortie de Fairune 2!

Mon avis : 9/10

Gameplay :
Scénario:
Bande sonore / graphismes :
Durée de vie :
Coup de coeur :
   
   
   
   
   

 

Points positifs
– Les graphismes
– Les combats facilités
– La carte en aperçu direct
Points négatifs
– Aucun conseil si on est bloqué
– …
– … et c’est tout!

Editeur : Circle Entertainment (développé par Skipmore)
Support : 3DS
Tarif 3DS : 2,99 €

2 Responses

    • Merci Lili! Je confirme, il est super! Je l'avais enchaîné très rapidement tellement j'avais adoré lors de sa sortie! Là je suis sur le 2, plus difficile et surtout plus long, avec une map beaucoup plus grande 🙂

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :