Nouveauté dans la région Dracénoise, le premier Salon du Manga de Draguignan s’est déroulé le week-end dernier, du 23 au 24 janvier 2015. Retour sur un bon moment.


Né dans l’esprit d’Alexandre, puis organisé par toute l’équipe du service d’animation et événements de la mairie de Draguignan dans lequel il travaille, l’événement connut un franc succès. Au sein du complexe Saint-Exupéry, sur environ 1000 m², les stands, animations, expositions et invités se sont donnés rendez-vous dans la joie et la bonne humeur, et le résultat fut au-delà de toute espérance ! Le salon a pu atteindre le nombre d’environ 4000 visiteurs sur les 2 jours, soit beaucoup plus que l’objectif initial de 1000 visiteurs. Au tarif de 5 euros le pass week-end, la file d’attente ne désemplissait pas, même le dimanche à 17h, soit 2 heures avant la fermeture, ce qui m’a pas mal surprise. A l’intérieur, beaucoup de monde en début d’après-midi (heure « de pointe »), mais la circulation restait plutôt facile. Il faut dire que comme c’était la mairie qui organisait le salon, le tout se devait d’être carré, surtout les conditions d’accès et la sécurité.

Partant de presque rien en dehors de l’idée initiale, le projet a mis environ 1 an et demi pour aboutir, l’équipe ayant les autres projets de la ville à mener en parallèle. Les contacts se sont faits au fur et à mesure, et au final, des professionnels et amateurs de toute la France se sont retrouvés à Draguignan pour ces 2 jours.

Tous les éléments nécessaire à la réussite du week-end étaient présents.
Tout d’abord des stands, point essentiel pour un tel événement. J’y ai retrouvé des têtes connues, comme Crakottine pour les bijoux et accessoires so kawaï ou Alfa BD pour les mangas et objets dérivés, mais ce n’était pas les seuls, bien loin de là ! D’autres stands similaires étaient présents, ainsi que d’autres nous permettant d’acheter des vêtements à l’effigie de nos personnages préférés, des jeux vidéo, ou encore des compositions florales.

Ensuite il faut des associations et des stands amateurs, qui avaient également répondu présents. Le tout était par ailleurs très bien organisé, les stands professionnels étaient disposés au centre de la salle, avec les stands amateurs qui étaient plutôt vers l’entrée, pendant que les associations longeaient chaque mur. Ainsi, les visiteurs pouvaient voir à la fois les stands et les associations et activités présentées. Que ce soit des associations de jeux (vidéo ou de société), une websérie Steampunk (Lundaï), ou des activités telles que le dessin ou la calligraphie, chacun pouvait y trouver son compte. Côté stands amateurs, beaucoup de dessinateurs/trices de talent, dont certains de la région même, notamment Elme, qui a dessiné l’affiche du Salon, mais aussi beaucoup d’autres qui proposaient de dessiner les visiteurs, en mode manga, chibi ou réaliste.

Les jeux vidéo étaient également présents, avec quelques bornes d’arcade au stand de Rétro Geek Style, des consoles rétro en essai libre chez Huit et Trente Deux, mais aussi des tournois sur des consoles rétro et récentes, dans la salle d’à côté. Je regrette personnellement l’absence de certains stands proposant des consoles telle que la Wii U en accès libre, et surtout, le fait que tous les tournois étaient payant, je n’en ai pas l’habitude (mais je n’étais toutefois pas intéressée pour participer dans tous les cas).

Juste à côté des consoles, pour récompenser les gagnants ou faire patienter les prochains joueurs, quelques stands de nourriture étaient bien placés, avec plusieurs tables pour se poser tranquillement. Confiseries, crêpes et gaufres, pâtisseries, mais aussi sushis et nourriture japonaise, il y en avait pour tous les goûts, et certains proposaient même des initiations via des ateliers. Je n’ai pas voulu y participer, mais aux heures notées, je n’ai pas vu de participants quand j’y suis allée, sauf erreur de ma part. Peut-être à cause des inscriptions payantes et d’un manque d’effectif, je ne sais pas.

Parmi les éléments essentiels dans toute convention digne de ce nom, c’est bien sur la présence d’invités. Et même s’il ne s’agissait que d’une première édition, il y en avait. Nous avons pu compter sur la présence d’Ichiban Japan, LuccassTV et Pandrezz, pour des conférences, des questions-réponses, un petit remix de musique de la part de Pandrezz, et des séances de dédicaces et photos, le tout dans une très bonne ambiance. Nous avions également droit tout au long du salon, à des concerts par Furyo, un groupe qui chante des génériques en français et en japonais.

Et enfin, le clou du spectacle, qui ne pourrait pas être absent d’un tel salon, c’est le concours de Cosplay, qui eut lieu le dimanche après-midi, organisé par l’association Bulle Japon,  après une séance de cosplay libre le samedi. Plusieurs numéros de talent ont été présentés, en solo ou en groupe, tous amateurs, avec des beaux prix pour les meilleurs.
D’ailleurs, qui dit Cosplay dit shooting photo, et un stand professionnel était présent pour ceux qui le désiraient.

Beaucoup de points positifs pour ce nouvel événement, qui ne manquera pas de gagner en popularité les années prochaines. Quelques points seraient toutefois à améliorer. Je mentionnerai déjà l’absence de vestiaires pour les visiteurs (uniquement pour le Cosplay), qui s’explique par l’équipe réduite de cette première édition, les organisateurs ne pensant pas avoir autant de succès.  Ce fut un peu regrettable, mais pas indispensable. Ensuite côté nourriture, les stands présents sur place avaient beau être bien sympathiques, ils n’étaient selon moi pas suffisants et variés, et les camions présents à l’extérieur n’arrivaient pas à gérer le flux de personnes. Je ne connais pas assez Draguignan pour m’aventurer plus loin autour du complexe, donc peut-être y avait-il d’autres adresses à tester, ce sera pour une autre fois.

Un très bon moment passé au milieu des stands et animations, dans une bonne ambiance, que ce soit parmi les visiteurs ou les stands. Ce ressenti se retrouve d’ailleurs dans les commentaires de chacun sur la page Facebook du Salon et en discutant avec plusieurs personnes. Le tout fut très bien encadré par la ville, dans une salle de taille plus que correcte et accessible.
Il ne reste plus qu’à attendre la nouvelle édition de l’année prochaine, en gardant la même formule, plus quelques améliorations que les organisateurs ne manqueront surement pas d’apporter ! Côté taille, on doit d’attendre à quelque chose de similaire, la volonté de la ville étant de conserver un salon plutôt familial.

Pour les albums photos complets, c’est par ici, pour la journée du 23 et celle du 24 janvier.

3 Responses

  1. Très sympa ! J'ai beaucoup aimé les photos accompagnant l'article. De plus la taille "restreinte" du salon rend la chose un peu plus intimiste. Je ne peux que saluer ce genre d’initiative, surtout que par chez moi, à moins de monter sur Paris, il n'y a pas grand chose…^^

    • Merci ^^
      Il ont en effet voulu faire quelque chose de familial, et comptent bien rester de cette taille, même après un tel succès.
      Il commence à y avoir quelques salon dans mon coin, même si rien sur Nice même, ce qui est assez dommage…

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :