Jeu qui a fait sensation au Japon, Yo-kai Watch a été (enfin) annoncé chez nous lors de l’E3 de cette année. Je ne m’étais pas trop préoccupée de ce jeu jusqu’à présent, les jeux non localisés sont légion et il vaut mieux ne pas trop baver dessus tant qu’il n’y a pas d’annonce. Et même après avoir eu la confirmation que le jeu viendrai enfin chez nous, je suis restée sceptique.

Je savais au moins que le 3 doit sortir au Japon, pendant que nous n’avons toujours rien dans le reste du monde, et qu’il s’agit d’un jeu de capture de monstres similaire à Pokémon, mais rien de plus. Puis je suis tombée par hasard sur une info disant qu’une démo était disponible pour les consoles américaines. Quelle chance que j’en possède une ! Je l’ai donc téléchargée et aussitôt testée (même si l’article a mis du temps à être publié…).

 

(vu qu’il s’agit d’une démo, je n’ai que des photos prises à la volée)

 

En premier lieu, nous avons droit à une cinématique digne d’un anime, pour nous expliquer très brièvement l’origine du jeu et de l’apparition des Yokai dans une époque moderne. Et encore, quand je parle d’origine, c’est vite dit car la scène est très courte : un jeune garçon se retrouve en forêt en face d’un grand arbre devant lequel siège une sorte de machine, semblable à celles que l’on a dans les supermarchés où il faut mettre une pièce et tourner la molette pour gagner un bonbon ou un jouet. Forcément, son premier réflexe est de faire fonctionner cette « machine », qui semble être en pièce ou en écorcé soit dit en passant (personnellement, si je vois ça en forêt, ce n’est pas la première idée qui me vient), et il en sort une boule. Cette dernière s’ouvre toute seule, comme par magie, et là, une grande lumière apparaît et….. écran d’accueil de la démo !

 

Bon, cette intro laisse un certain goût amer, même si on se doute très fortement que le petit monstre en forme de fantôme a dû sortir de cette boule. Mais j’espère vraiment que dans la version complète du jeu, l’intro sera plus complète.

 

 

Une fois la démo vraiment lancée, on se retrouve dans la chambre du garçon en question, Nate (dans la version US, je ne connais pas encore son nom Européen), et son nouvel ami Whisper, un Yokai fantôme, qui lui explique qu’il peut désormais voir toutes sortes de Yokais, un pouvoir que peu de personnes ont.

Dans la chambre, rien de très intéressant à voir et pas d’interactions possibles, et au RDC, il y a juste papa et maman avec qui on peut discuter mais dont la conversation n’est pas des plus intéressantes… Tout cela me fait étrangement penser à un autre jeu qui commence de la même façon. Bref, nous sortons un peu voir ce qu’il se passe dehors, et une femme vient nous agress… vient gentiment nous voir en nous disant qu’il y a un problème dans Springdale (la ville où se situe l’action), et demande à Nate de l’aider à trouver les 3 malfaiteurs (dont elle connait la position pour 2 d’entre eux) puis de revenir la voir.

 

 

Nous voilà donc à parcourir la ville à la recherche de ces méchants Yokais, à l’aide du radar que nous avons à notre disposition par le biais de la montre donnée par Whisper (la Yokai Watch, pour être très original!), et que je ne maîtrise pas encore très bien, mais surtout à l’aide des flèches sur la carte qui nous indiquent nos cibles. Il n’y a pas d’ordre apparent dans la recherche, ni dans les combats à faire. Il est également possible de se balader à souhait dans la ville, ce qui nous permettra de découvrir d’autres possibilités du jeu, qui nous sont expliquées au fur et à mesure, comme la capture d’insectes sur les arbres et dans les herbes, ou la découverte de Yokais cachés sous des voitures. Mais cela ne correspond pas à l’histoire principale de la démo, et ce ne sont que des passages anecdotiques, donc nous continuons notre recherche des méchants Yokais.

Chaque Yokai provoque un changement d’humeur de l’humain qu’il hante (ennui, faim, colère…), et ce n’est qu’en le combattant qu’on peut libérer la personne de son emprise. Même si on ne le voit pas de prime abord, il faut savoir que le Yokai n’est jamais loin de sa victime, et le radar nous permet d’affiner notre recherche. C’est ensuite, à l’aide d’une loupe, que nous pouvons révéler le Yokai, qui se met alors à nous attaquer.

 

 

 

Pour ce qui est du combat en lui-même, Whisper nous explique brièvement comment ça se passe. Notre « équipe » est composée de 6 monstres (encore une sacrée similitude…), mais seuls 3 sont en scène pour attaquer/défendre. L’équipe complète se voit sur l’écran tactile, sous la forme d’un camembert à 6 portion (chaque portion correspondant à un Yokai), qui tourne à volonté pendant le combat pour changer les Yokais présents sur le terrain, et soigner ceux qui sont blessés si besoin, ou pour utiliser une attaque spéciale.

 

 

Les combats allaient un peu vite pour moi au début, je n’avais pas vraiment le temps de tout analyser, mais l’ennemi est généralement accompagné de 2 acolytes et il n’y a pas de tour à tour. Chacun agit quand il veut/peut, au gré des choix du « dresseur ». Les attaques peuvent être soit simples (et se lancent automatiquement quand le Yokai est au combat), soit spéciales, et provoquent alors plus de dégâts, forcément. Chaque Yokai dispose d’une attaque spéciale qui lui est propre, mais le mode d’activation varie sans schéma particulier.

 

 

Pour activer l’attaque spéciale, il faudra soit faire tourner la boule aussi vite que possible, soit former un idéogramme déjà préétabli sur l’écran, ou encore taper les boules qui apparaissent pour les faire disparaître, le tout sur l’écran tactile (et pendant que le combat sur l’écran du haut continue). Une fois l’attaque lancée, il faudra un temps de chargement pour que notre Yokai puisse la faire à nouveau. Il peut toutefois continuer à attaquer normalement.

 

 

Parmi les autres capacités, la purification est utile lorsqu’un Yokai a été envoûté par l’ennemi et ne peut plus combattre. Dans ce cas, il faut tourner le camembert pour placer la victime dans la moitié basse, et donc le sortir du combat, puis activer la purification, de la même façon pour que pour les attaques spéciales. D’autres options sont également possibles, comme le ciblage d’un ennemi en particulier ou l’utilisation d’objet (cette dernière option n’est pas disponible dans la démo).

Le combat se termine évidemment lorsque l’une des 2 équipes n’a plus personne sur le terrain, et les Yokais de notre équipe (si elle gagne), remportent des points d’expérience.

A l’issue des 3 combats demandés, nous retournons en informer la Lady, en pensant bien faire et même en espérant une petite récompense, mais celle-ci se révèle être en fait un Yokai très puissant que nous ne pouvons battre (peu importe l’ordre de nos attaques et leur puissance, nous perdons à chaque fois). Tout ceci pour en arriver à la conclusion qu’il y a de nombreux Yokais dans le monde, et que je dois en capturer un grand nombre et devenir plus forts si je veux espérer combattre les plus forts qui se trouveront en travers de ma route.

 

 

Je pense que cette démo est vraiment à part du jeu et ne constitue pas un chapitre de l’histoire. La séquence résume à priori à peu près bien les possibilités et objectifs du jeu, à savoir parcourir des lieux à la recherche de Yokais, les combattre et/ou les capturer et les rendre plus forts (Et, mais… ça me rappelle encore quelque chose ça !).

Vous l’aurez compris, Yokai Watch me fait très fortement penser à Pokémon, encore plus après avoir testé la démo. Certains détails sont différents, heureusement, comme la méthode de recherche (quoique le radar existe aussi dans Pokémon), et la nature des monstres. C’est surement la raison pour laquelle la localisation a mis autant de temps de temps avant d’arriver chez nous, d’autant plus que les Yokais appartiennent vraiment au folklore japonais, ce qui peut en rebuter plus d’un.

Un petit clin d’oeil sur l’aspect prévention du jeu : la maman recommande de ne pas sortir en ville quand il fait nuit, et Whisper indique à Nate qu’il ne faut pas traverser n’importe où et n’importe quand! Le danger est partout…

 

 

Je me laisserai probablement tentée, j’ai quand même plus apprécié la démo que ce que je pensais, mais je n’attendrai pas grand-chose du jeu, à part passer un bon moment en sa compagnie. Si les similitudes avec Pokémon vont loin, nous aurons surement affaire à des Yokais Légendaires (à part que c’est un pléonasme, donc d’autres termes seront surement utilisés), et la durée de vie devrait être plutôt correcte.

La sortie était prévue au 4ème trimestre 2015 sur 3DS en Europe, donc nous devrions avoir une date très prochainement, surtout que la communauté Miiverse est déjà ouverte! Il reste moins d’un mois pour qu’ils respectent leurs engagements…

 

Je vous laisse également avec un petit bonus, même s’il est en partie raté (mais je ne dirais pas pourquoi au cas où ça ne se verrait pas), à savoir ma vidéo découverte de cette démo :

 

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

En live !
Absente
error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :